14/06/2017

Fonds européens en Pologne ? Pas seulement ! La Suisse est bien présente

 La Pologne  la Hongrie et la République tchèque sont depuis hier dans la ligne de mire des instances de l'Union européenne du fait de leur manque de solidarité à l'égard de la politique adoptée par les instances directrices de l'UE en matière d'accueil de migrants. Les réactions polonaises ont fusé avec la rapidité de l'éclair et les autorités au pouvoir à Varsovie sont excédées par ce qui est considéré comme des  “menaces”  et une "ingérence" dans les affaires de l'Etat.  Une certaine partie de l'opinion publique qui partage le point de vue souverainiste exprimé par le gouvernement polonais affiche de plus en plus ouvertement une intolérance marquée envers Bruxelles. Pourtant, comment oublier que la Pologne est l'un des principaux bénéficiaire de fonds européens depuis son entrée au sein de l'UE le 1er mai 2004  ? Pour la période 2014-2020 par exemple, elle reçoit pour divers programmes de développement 82,5 milliards d'Euros. Une ballade dans les rues de Varsovie de Poznan de Wroclaw en témoigne. A de nombreux endroits, sur les façades de châteaux magnifiquement restaurés, ou au fronton  de superbes infrastructures techniques commerciales ou culturelles, on  découvre des plaques épigraphiques indiquant : “construit – ou restauré – avec le concours des fonds européens”. En tant que Genevois séjournant une partie de l'année à Varsovie je m'abstiens de toute analyse de nature politique s'agissant de la situation polonaise actuelle et de  l'entente de moins en moins cordiale qui caractérise les liens entre l'UE et Varsovie. En revanche, dans ce blog qui s'intitule “Point de vue entre Rhône et Vistule”, j'aimerais rappeler que  l'UE n'est pas le seuil bailleur de fonds important  de la Pologne. La Suisse joue aussi un rôle significatif. Le 26 novembre 2006, le peuple suisse était appelé aux urnes. Il s'agissait notamment de voter sur l’acceptation ou le rejet de la loi fédérale sur la coopération avec les Etats d’Europe de l’Est. Cette loi avait été attaquée par voie de référendum en raison notamment des coûts engendrés par cette opération et vu le contexte de la position de la Suisse envers l’UE.  L’objectif visé par cette loi visait à soutenir la transition démocratique en Europe de l’Est ainsi que d’encourager le développement d’une économie sociale de marché dans le cadre d’un développement durable au sein de ces Etats. La loi soumise au vote du peuple prévoyait un engagement financier de 200 millions par année sur cinq ans, et une période de réalisation des projets de près de dix ans. Dans sa prise de position avant la votation, le gouvernement suisse, le Conseil fédéral s’adressait ainsi au corps électoral : « Le Conseil fédéral et le Parlement entendent maintenir la solidarité traditionnelle de la Suisse avec l’Europe de l’Est. C’est aussi dans l’intérêt de notre pays, qui investit ainsi dans la voie bilatérale et dans ses bonnes relations avec l’UE. En développant des partenariats commerciaux, il contribuera à atténuer la pression migratoire et les atteintes à l’environnement. ». Le Conseil fédéral et le Parlement fédéral recommandaient l’acceptation de la loi. Les autorités fédérales estimaient que la coopération avec l’Est de l’Europe constituait un instrument politique important en regard des intérêts de notre pays pays à l’égard de l’Europe, sans parler du potentiel économique induit par la mise en œuvre d’une telle démarche. Le 26 novembre 2006, la loi était adoptée par 1’158442 OUI, soit 53,4% des votants, contre 1’010255 non, le taux de participation au vote étant de 44,3%.

Pour la Pologne, les effets du vote du peuple du peuple suisse ont été massifs puisque les montants destinés à financer des projets de développement dans ce pays ont représenté 489 millions de francs suisses à investir en coopération étroite avec le Ministère polonais du développement régional. 40% du total de la contribution suisse visait à soutenir plus particulièrement les régions suivantes : Malopolskie, Lubelskie, Podkarpackie et Swietokrzyskie pour lesquelles les indicateurs de développement sont inférieurs à la moyenne nationale. La mise en oeuvre de cet ambitieux programme en voie d'achèvement aujourd'hui a été le fruit d’une fructueuse et efficace coopération entre le Service national de coordination du Ministère polonais du développement régional et le « Bureau pour la réalisation de la contribution suisse à l’élargissement », constitué au sein de l’Ambassade de Suisse en Pologne. Sur un plan plus large  outre ce programme spécifique, la Suisse est bien présente  économiquement en Pologne. A la fin de l'année 2014, les investissements de notre pays en Pologne ont atteint le volume significatif de  six milliards de CHF et un un "Swiss Business Hub"  performant Suisse-Pologne Pin.jpgexiste  au sein de notre Ambassade  à Varsovie.  Ce n'est pas rien ? Qu'en pensez-vous ?

Claude Bonard

Pour en savoir plus :

https://www.eda.admin.ch/eda/fr/dfae/representations-et-conseils-aux-voyageurs/pologne/suisse-pologne.html

www. programszwajcarski.gov.pl

www. swiss-contribution.admin.ch/poland

www.contribution-enlargment.admin.ch

http://www.berno.msz.gov.pl/fr/cooperation_bilaterale/cooperation_economique/

 http://euro-blogs.eu/post/2016/03/24/Enjeux-et-perspectives-des-fonds-européens-en-Pologne

15:21 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.