21/07/2017

Némésis et la fuite en avant

Dans la mythologie grecque, la déesse Némésis était la déesse de la Vengeance. Elle était redoutée car elle débusquait ce qu'elle considérait comme des excès et renvoyait alors les contrevenants à la justice des dieux. Dans son magistral ouvrage intitulé « Hitler 1936-1945 Némésis », l'historien Ian Kershaw démontre comment, au fil du temps depuis sa prise du pouvoir, le dictateur nazi , conduisit progressivement l'Allemagne à sa chute . « Quand l’ère des défaites commence, à partir de l’hiver 1942, Hitler choisit la fuite en avant. » La fuite en avant,  voilà bien le problème. Nous avons tous en tête un exemple de ce type de réaction psychologique qui nous conduit à nous débarrasser d'un problème en agissant abruptement, sans avoir mesuré toute la conséquence de nos actes. Pour ne pas être perturbés par l'angoisse ou le doute, on fonce et l'on va tôt ou tard droit dans le mur. On pense avoir chassé le problème qui nous irritait. Erreur, il est toujours là, mais hors de notre champ de vision. Et les suites de cette fuite en avant se révèlent presque toujours catastrophiques. L'Histoire, nous venons de le voir avec le cas cité par Ian Kershaw nous en donne de multiples exemples. J'en cite ici au hasard quelques-uns : la  fuite manquée du roi Louis XVI et de la famille royale dans la nuit du 20 au 21 juin 1791. Ayant pu quitter secrètement Paris, la fuite du souverain aux abois se terminera pourtant  lamentablement à Varennes. On connaît la suite. Napoléon 1er, pourtant fin stratège et maître de ses nerfs sera lui aussi rattrapé par le syndrome de la fuite en avant. Lorsqu'il mettra en œuvre son blocus continental, il savait que cette vaste opération ne pouvait réussir que si l'ensemble du continent le respectait. L'Empereur tenta d'arriver à ses fins tout d'abord par la voie diplomatique. Ce fut un échec partiel. Ne restait donc pour lui que la voie des entreprises militaires pour mettre au pas les récalcitrants. Cette fuite en avant aura des conséquences funestes, la Grande Armée sera engloutie dans les neiges de Russie en 1812, sonnant le glas d'un Empire qui s'écroulera trois ans plus tard. Plus près de nous, on se rappellera la fuite en avant de certains Etats coloniaux, désireux de préserver à tout prix leur emprise sur les populations, les territoires et les richesse de leurs empires. Peine perdue puisque, souvent après des rébellions réprimées dans le sang, l'indépendance sera au bout du chemin pour les colonisés. Tout récemment, nous avons eu un éclatant exemple de fuite en avant alors que la campagne présidentielle battait son plein en France . Souvenez-vous de ce candidat égratigné par le Canard Enchaîné qui évoqua une «enquête à charge» et n’a pas hésité à dénoncer un complot, s’estimant victime d’un «assassinat politique».  Son jusqu'au-boutisme lui sera fatal.La fuite en avant est aussi de mise lorsque des régimes autoritaires ou des mouvement religieux fanatisés tentent de briser la volonté d'indépendance des populations au moyen de bastonnades et d'arrestations musclées. 

nemesis_tattarescu.jpgS'agissant pays qui se caractérisent par un régime politique à caractère populiste, Némésis a aussi de beaux jours devant elle. Pour ne pas être accusé d'utiliser ce terme mal à propos, je vous livre  ici la définition qu'en donne le dictionnaire Larousse, " le populisme désigne un type de discours et de courants politiques, critiquant les élites  et prônant le recours au  peuple, d'où son nom. Un peuple  s’incarnant dans une figure charismatique et soutenu par un parti acquis à ce corpus idéologique. Il suppose l'existence d'une démocratie représentative  qu’il critique. C'est pourquoi il est apparu avec les démocraties modernes, après avoir connu selon certains historiens une première existence sous la République romaine". Tout est dit. Si nous sommes loin aujourd'hui de la République romaine, Némésis a pourtant des disciples au cœur de l'Europe et dans sa proximité immédiate qui érigent la fuite en avant en principe de gouvernement.

Pour conclure sur une note positive, si Némésis était la déesse de la Vengeance et donc de la fuite en avant, elle était aussi celle de la Justice et de la Pudeur. Elle personnifiait aussi la loi morale, une loi qui réprouve tout excès (hybris). Sachant cela, je me plais à rêver. Depuis le Mont Olympe où elle résidait, Némésis connaissait-elle les deux personnages légendaires que furent le pêcheur Wars qui vivait paisiblement sur les bords de la Vistule et la sirène Sawa dont il tomba amoureux ? Pour ma part, j'aimerais bien.

Claude Bonard

 





13:28 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Commentaires

Le peuple, pas celui des nantis, l'autre, qui ne fait que subir les humeurs de ses dirigeants a de quoi finir par en avoir ras le bol.

Ce que de malins manipulateurs utilisent à leur gré et fantaisie avec plus ou moins de talent ou de compétences.

Mais la déesse Némésis, vous l'écrivez, Claude bonard, est également celle de la justice.

En ce cas. non forcément incompatible avec l'Egyptienne déesse Maât.

Comptons sur elles (qui nierait la force de la mythologie?) pour inspirer un prochain "animateur" avec, à la clé, pourquoi pas, un effet de surprise... quelque chose d'inattendu.

Il serait grand temps.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 22/07/2017

Les commentaires sont fermés.