11/08/2017

Quelques destins polonais en Suisse, partie III - une mystérieuse tombe polonaise au cimetière de Carouge

Un peu d'histoire de Carouge... et aussi  d'histoire de la Pologne... Le saviez-vous ? le cimetière de Carouge abrite un monument funéraire hors du commun. Dans chaque grande ville de Pologne, il y a une rue, une place, un square portant le nom de Józef Hauke-Bosak,   célèbre patriote ayant combattu pour la liberté de la Pologne au cours de l'insurrection de 1863-1864. Chez nous, qui connaît ce nom ? Plus personne à vrai dire. Alors voici l'histoire de cet incroyableHauke Bosak tombe.jpg personnage :

Józef Hauke-Bosak (1834-1871) est né à Saint-Pétersbourg. Il était issu d'une famille  noble d'origine flamande établie en Pologne en 1782.  La famille de Jozef Hauke était apparentée aux Battenberg et à la famille de Hesse-Darmstadt, excusez du peu ! Son père, Jozef Hauke avait été  officier dans l'armée du duché de Varsovie avant de servir le tsar. Son oncle, Maurycy Hauke  s'illustra au cours de l'épopée napoléonienne. La voie était toute tracée pour le jeune Józef qui embrassa une carrière militaire. Il accomplit sa formation au sein du Corps des cadets puis au sein du prestigieux Corps des pages avant d'obtenir son brevet au sein de l'Académie militaire impériale de Saint-Pétersbourg (Императорская военная академия). Proche de la famille impériale russe, il devint l'adjudant du tsar Alexandre II. Il se distingua au combat dans le Caucase et fut promu au grade de colonel. Déçu par la politique de la Russie qui occupait une partie de l'ancienne Pologne, il quitta l'armée russe pour rejoindre les insurgés polonais qui s'étgaient  soulevés une nouvelle fois en janvier 1863, notamment en raison du fait que dans la partie russe de la Pologne, les autorités voulaient introduire la conscription obligatoire des jeunes hommes afin de servir sous l'uniforme russe. Au cours des combats de  l'insurrection, Józef Hauke-Bosak commanda les troupes des provinces de Cracovie, Sandomierz et Kalisz dans la région dite de  Petite-Pologne.  Pour situer l'endroit, la  voïvodie de Petite-Pologne -Województwo małopolskie - est actuellement l'une des 16  voïvodies, ou régions de la Pologne. Cracovie en est le chef-lieu.  

Après l'échec de l'insurrection, Józef Hauke-Bosak  prit le chemin de l'exil. L'article qui lui est consacré dans le Dictionnaire Historique de la Suisse (DHS) nous apprend "qu'à  la fin de l'insurrection, il  émigre en avril 1864 à Dresde, puis à Genève et en Italie où il côtoie Garibaldi. En 1867, il s'installe à Genève. Membre du comité de l'Union de l'émigration polonaise (1866) et du Foyer polonais, il adhère à la Ligue de la paix et de la liberté". et s'établit en France.  Au cours de la guerre franco-prussienne de 1870- 1871, proche des idées de son ami Garibaldi et de ses "chemises rouges", il combat à ses  côtés en commandant une brigade de l'armée des Vogses. Il est  tué au combat à Hauteville près de Dijon en 1871. Sa dépouille ne sera retrouvée que plusieurs jours plus tard. Son corps sera ramené a la préfecture de Dijon où Garibaldi lui rendra un dernier hommage.

Sa famille décida de le faire rapatrier à Genève. Jozef Hauke-Bosake fut inhumé au cimetière de Carouge. Une ville où résidait alors une importante communauté de Polonais émigrés. D'où la célèbre pâtisserie carougeoise  "au gâteau Polonais... et bien plus tard, les délicieux gâteaux polonais que l'on dégustait chez "la Jeanne" à Russin !

La tombe de Józef Hauke-Bosak est toujours visible au cimetière de Carouge. En effet, dans le point de presse du Conseil d'Etat du 26 mai 2004, on pouvait lire qu'une procédure d'inscription à l'inventaire avait permis de protéger cette sépulture historique.  La teneur du communiqué du Conseil d'Etat était la suivante :

"Le Conseil d'Etat a invité le Département de l’aménagement, de l’équipement et du logement à ouvrir, en temps utile, une procédure d’inscription à l’inventaire pour le tombeau du général et héros de la révolution polonaise de 1863 Joseph Hauke-Bosak. Il a en revanche rejeté une demande de classement de ce monument sis au cimetière de Carouge. L’échéance à fin 2005 de la concession accordée par la Ville de Carouge pour la tombe du général et de son épouse ont incité un Comité de sauvegarde à déposer une demande de classement de ce tombeau. Ce général qui a été l’un des héros de l’insurrection polonaise de 1863-1864 est mort le 21 janvier 1871 en défendant héroïquement la ville de Dijon contre l’envahisseur prussien. Il a été inhumé en février de la même année au cimetière de Carouge. Il ressort toutefois de l’examen de la procédure de classement, et notamment de l’avis de la Commission des monuments de la nature et des sites, qu’une mesure d’inscription à l’inventaire se révélerait plus appropriée qu’une mesure de classement. D’où la décision de rejet du Conseil d’Etat."

Alors, à l'occasion d'une ballade à Carouge, prenez quelques instant afin de découvrir cette intéressante et imposante sépulture en pensant que c'est dans la cité sarde que repose un personnage ayant eu un incroyable destin.

Claude Bonard

Pour en savoir plus : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F28437.php

Point de presse du Conseil d'Etat du 26 mai 2004 : https://www.ge.ch/conseil_etat/2001-2005/ppresse/20040526.asp

 

12:16 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.