05/09/2017

1913 : Des goupes paramilitaires polonais s’entraînent au tir à Genève et dans le reste de la Suisse !!

Un reprint de l’édition de 1933 d’un album illustré intitulé « Album Legionow Polskich » consacré aux combats des légions polonaises pendant la Première Guerre mondiale a attiré mon attention récemment et à ma grande surprise, j’ai découvert dans ce volume une photographie prise en 1913 dont la légende indique qu’il s’agit de « jeunes tireurs polonais à l’entraînement dans la campagne genevoise ». Curieux non ? Il faut remonter à la fin du 19e siècle pour comprendre pourquoi une telle activité a pu se dérouler sur sol genevois. Une intense activité patriotique et politique anime alors la communauté polonaise de Suisse. De nombreux partis politiques polonais sont actifs en Suisse, les socialistes se regroupant plutôt à Zurich et à Genève. Dans un ouvrage publié par la société polonaise d’histoire en 1938, intitulé « Pologne-Suisse, recueil d’études historiques », l’historien Jan Hulewicz brosse un tableau saisissant de la vitalité des associations estudiantines polonaises de nature politique dans les universités suisses. A titre d’exemple, l’université de Genève compte entre 1880 et 1918 la plus grande concentration d’étudiants polonais, soit près de 1200 personnes, étudiant principalement la médecine, la philosophie et les sciences sociales. Fort astucieusement, les jeunes Polonais profitent alors de l’engouement des Suisses pour le tir et donc de l’activité des sociétés de tir pour pratiquer cette discipline.

 

Les « jeunesses socialistes indépendantistes » créent une organisation paramilitaire connue sous le nom de « Philarètes ». C’est ainsi que l’on assiste à la création de groupes de « jeunes tireurs ». En 1914, Jozef Pilsudski, le futur homme fort de la Pologne et créateur des Légions polonaises se rend en Suisse. Il visite sans difficulté aucune, plusieurs villes afin de promouvoir l’idée d’une formation militaire auprès des jeunes émigrés. C’est en 1904 qu’est constituée au sein de la Société de gymnastique « Sokol », à Zurich, un premier groupe paramilitaire composé de 32  fusiliers. C’est surtout dès 1913, que ces activités para militaires se développent et se structurent au sein de « l’Union de Lutte Active » composée de plusieurs sections à Lausanne, Morges, Fribourg, Zurich, Winterthur et Saint Gall. La jeunesse polonaise à Genève est aussi organisée sous forme d’un détachement de 10 membres appartenant à une structure connue sous le nom de « Fédération ». Elle pratique le tir au fusil et se livre à des « manoeuvres » dans la campagne genevoise au pied du Salève. On croit rêver ! Dès le commencement de la guerre nombre de ces jeunes gens vont s'enrôler dans les Légions. Ainsi, voici percé le mystère de cette photographie.

 

Claude Bonard

20170905_125016.jpg

12:57 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.