22/09/2017

Genève et ses transports publics - en octobre 1902, des violences qui marquèrent durablement les esprits

Genève et ses transports publics c'est une longue histoire faite de "je t'aime moi non plus" et, entre usagers, gestionnaires et milieux politiques,  à de nombreuses reprises depuis la création des premiers trams, on s'est chamaillé  - et on se chamaille toujours - sur le mode d'une  mésentente plus ou moins cordiale. Une fois pourtant, en 1902, les choses ont véritablement dégénéré. La  violence a pris le pas sur la négociation.  En effet, Le  31 août 1902, une grève des tramelots éclate.  Ils  protestent contre le licenciements de plusieurs dizaines d'ouvriers de la Compagnie genevoise des tramways électriques (CGTE). La grève dura deux jours et concerna   196 wattman et conducteurs, 65 ouvriers de dépôt, 50 des ateliers, 66 surnuméraires, 50 ouvriers de la voie, 12 du service des lignes aériennes, 30 contrôleurs et personnel des stations, plus 20 employés des bureaux, soit au total 489 personnes ( chiffres cités par J.-C. Mayor).  Dans les semaines qui suivent, le calme n'est qu'apparent. Le feu couve en effet sous la cendre en raison du mur d'incompréhension qui sépare la direction de la compagnie qui reste "droit dans ses bottes"  et le personnel qui réclame non seulement la réintégration des collègues licenciés mais une hausse salariale. L’arbitrage du Conseil d’Etat se solda par un échec. En octobre 1902, une nouvelle grève des tramways paralysa Genève.  Le calme ne revint pas, bien au contraire. L'armée  fut appelée à la rescousse  pour soutenir la gendarmerie au niveau du service d'ordre car le mouvement s'était étendu. A partir du 1er octobre, d'autres corps de métiers firent grève à leur tour et des milliers de manifestants battirent le pavé genevois.  Le 10 octobre, sur le pont de l'Ile notamment,  ce fut l'affrontement tant redouté par le gouvernement. Des heurts opposèrent les manifestants et la troupe  générant plusieurs blessés de part et d'autre. La police procéda à 250 arrestations et il y aura 110 expulsions, dont de nombreux manifestants d'origine italienne.

Dans ce contexte si perturbé, la célébration du 300e anniversaire de l’Escalade prévue pour décembre 1902 fut  purement et simplement annulée. Grève Trams 1902.jpegElle aura lieu six mois plus tard, le  1er juin 1903 !

Claude Bonard

Source :   : Mayor Jean-Claude, Images et événements genevois 1900-1945, Genève, Slatkine, 1989,

https://www.lecourrier.ch/112441/en_1902_une_foule_de_grevistes_deferle_a_la_pointe_de_la_jonction

 
 

12:38 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.