02/10/2017

Avec l'incendie de Goumois, c'est un bâtiment témoin de l'Histoire qui vient de partir en fumée.

Je suis triste ce matin en apprenant la nouvelle de l'incendie qui a ravagé un bâtiment à proximité immédiate de la douane de Goumois dans le Jura. Bien qu'inhabité et en mauvais état, ce vénérable immeuble fut  en effet le témoin d'événements historiques puisqu'il est situé à l'endroit même où le 19 juin 1940, près de 13'000 militaires polonais appartenant à la 2e Division de chasseurs à pied incorporée au 45e C.A. de l'Armée française franchirent la frontière suisse. Rappel des faits : A l’issue de combats retardateurs acharnés menés contre les troupes allemandes, notamment à Maîche et au Clos du Doubs, le général Bronislaw Prugar-Ketling se trouve dans une situation intenable. Il prend la décision de se faire interner en Suisse. Les Polonais passent la frontière à Goumois et gagnent Saignelégier. Ils resteront en Suisse jusqu'en 1945. A leur retour en Pologne, ils seront accueillis comme des parias par le nouveau régime inféodé aux Soviétiques. Leur chef, le général Prugar-Ketling, périra mystérieusement en 1948. Malgré leur internement, ces militaires impressionnèrent la population des Franches-Montagnes par leur tenue et leur discipline. Au cours des années de "Mob ", en règle générale, la population suisse manifesta à leur égard des sentiments empreints de sympathie et de bienveillance et l’on assista même à plusieurs mariages. Ces Polonais internés en Suisse ont joué un rôle significatif dans le cadre de la mise en oeuvre du plan Wahlen. En effet, entre 1940 et 1945, ils effectuèrent  8,3 millions de jours de travail, dont 1,4 million dans le Réduit. 845 ha de marais seront drainés et asséchés, 160ha de terrain seront nivelés et nettoyés de leurs pierriers, sans parler des travaux forestiers où 23'000m3 de bois de construction seront mis à disposition de notre économie. Ils construiront aussi 282km de nouvelles routes et chemins et remettront en service de nombreuses mines de charbon désaffectées depuis la première guerre mondiale. Au cours des années de guerre 1940/1945, les universités suisses accueillent de nombreux « militaires-étudiants ». 466 d'entre-eux obtiendront un diplôme universitaire parmi lesquels il faut mentionner 123 thèses de doctorat et 2 habilitations. Partout en Suisse, divers monuments rappellent la présence des internés polonais, notamment  à Locarno,  Wiesendangen, Büren, Melchnau, Giswil, Madiswil, Alpnach, Losone ou encore Melchnau et Saint-Blaise pour n’en citer que quelques uns. Avec l'incendie de Goumois, c'est une parcelle d'histoire qui vient de partir en fumée.

 Claude Bonard

Pour en savoir davantage :  

Sygnarski Jacek, Jungo Christian, Emery Laurent : Helvétie terre d’accueil. Espoirs et vie quotidienne des internés polonais en Suisse 1940-1946 en images, Montricher, Editions Noir sur Blanc et Fondation Archivum Helveto-Polonicum, 2000, pp. 30-49.

Photo : rfj.ch (D.R.)Goumois incendie.jpeg

11:04 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.