14/10/2017

Piogre, heureuse République !

Genève, canton où des choses extraordinaires et paradoxales se passent !

Il y a deux semaines, 850'000 personnes se sont pressées à Piogre pour voir notamment  la marionnette géante d'une petite fille se soulager sur la voie publique, protégée par 1500 policiers et un hélicoptère.  Et la foule a applaudi. Je sais, je force un peu le trait...

Deux semaines plus tard, selon le titre d'hier soir de la Tribune de Genève : "le Conseil d'Etat genevois est invité à s'occuper de l'affaire du pipi de chien amendé sur le domaine public", une pétition dans ce sens munie de 3302 signatures ayant été renvoyée vendredi par le Grand Conseil. 

Lorsque l'on connaît les défis complexes auxquels notre Conseil d'Etat est confronté aujourd'hui, lorsque l'on sait combien l'ordre du jour du Grand Conseil est chargé,  j'en reste pantois...

Heureuse République !... il vaut mieux avoir ce genre de problèmes que ceux qui tarabustent les gens de Catalogne, de Donetsk ou de Lampedusa ou du Kurdistan.

Claude Bonard

 

Illustration : Chiens pipi.jpg (D.R.) Boris O'Klein 

12:19 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

10/10/2017

En marge de la polémique inutile de l'étoile jaune au Grand Saconnex - la petite fleur jaune de Varsovie

J'adhère au contenu de l'article du Courrier intitulé “La polémique inutile de l'étoile jaune” relative à l'attestation remise aux “petits shérifs” ayant réussi leur cours d'éducation routière au Grand-Saconnex. Je trouve en effet affligeant d'instrumentaliser la tragédie de la Shoah à quelque fin que ce soit d'ailleurs, et de faire à ce propos des amalgames douteux. En matière de symbolique rappelant cette effroyable période de l'histoire, je voudrais citer ici un exemple qui nous vient de Pologne, pays que je connais bien et au sein duquel on assiste à une situation très paradoxale. On y constate une renaissance réjouissante de la culture juive dans toutes les régions du pays. L'ouverture à Varsovie il y a trois ans du “POLIN”, Musée de l'Histoire des Juifs de Pologne a été une très belle réussite puisque ce musée a reçu le “European Museum of the Year Award 2016”. En revanche, la résurgence d'une certaine forme d'antisémitisme est perceptible notamment au sein de certains groupuscules appartenant à la mouvance nationaliste la plus extrême. Un phénomène qui est hélas aussi le fait de pseudo-supporters à proximité de certains stades de football. Pour réveiller les consciences et pour ne pas oublier ce qui s'est passé il y a 74 ans, une action de sensibilisation a lieu à Varsovie chaque 19 avril, jour anniversaire de l'insurrection du Ghetto de 1943. Une initiative que l'on doit à la société civile, soutenue par des sponsors. En quoi consiste cette action ? En premier lieu, une importante campagne d'affichage rappelle la mémoire des victimes de l'insurrection du Ghetto. Sur ces affiches figurent des personnalités de tous âges vêtues de noir tenant en leurs mains une petite fleur jaune à six pétales. Le texte indique “ Pour ne pas oublier – insurrection du Ghetto – 19 avril 1943”. Cette campagne d'affichage est accompagnée en ville d'une distribution aux passants d'une petite fleur jaune en carton adhésif que chacun porte à la boutonnière. Cet insigne qui vous est proposé par des jeunes gens a une forte charge symbolique puisqu'il rappelle la tragique étoile jaune. Un dépliant en anglais et en polonais fort bien fait accompagne cet insigne d'un genre particulier et rappelle le contexte historique de l'insurrection du Ghetto. Des combats désespérés qui ont duré du 19 avril au 16 mai 1943 et au cours desquels 13'000 “habitants” du ghetto ont perdu la vie, les rares survivants ayant été déportés dans les camps d'extermination nazis de Treblinka et Majdanek. De prime abord, on pourrait trouver douteux l'utilisation du symbole de la fleur jaune rappelant l'étoile de sinistre mémoire. Mais à y regarder de plus près, l'utilisation sur les affiches et la distribution de cette petite fleur jaune  qui déploie ses pétales symbolise la gratitude, le souvenir, la renaissance et l'espoir. Pour ma part je trouve opportun le fait de sensibiliser ainsi la population et les touristes, de sorte que personne n'oublie ce qui s'est passé en 1943 à Varsovie et plus généralement, que l'on conserve la mémoire de la Shoah en Pologne compte tenu de la politique d'extermination menée par les Nazis dans ce pays .

Ghetto fleur jaune.jpgClaude Bonard

11:59 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

09/10/2017

10 décembre : Escalade et TPG, étonnante et amusante coïncidence historique

Le 10 décembre va constituer désormais pour deux raisons une journée qui fera date dans l'histoire de Genève. La première raison remonte au vendredi 10 décembre 1602 selon le calendrier Grégorien soit le 20 décembre dans le calendrier Julien Ce jour-là, les gens de guerre du duc Charles-Emmanuel de Savoie se regroupent à Reignier en cheminant le long du Foron. Dans la nuit qui suit, celle du samedi 11 au dimanche 12 décembre, le duc Charles Emmanuel, va tenter de prendre la ville par surprise.  Peu après minuit, l’armée savoyarde, arrive en vue de son objectif sans être découverte. Un groupe d'assaut s’en détache, arrive au pied de la muraille, dresse ses échelles et commence à monter. L’invasion de la cité, dans laquelle tout dort, a commencé. La suite est bien connue des Genevois. Mais quel est donc le deuxième événement se déroulant un 10 décembre qui va faire date à Genève ? Tout simplement le   10 décembre 2017, selon le calendrier Grégorien bien sûr ! Mais, me direz-vous à juste titre, que va-t-il se passer de si important prochainement à cette date  ? C'est l'excellente journaliste Marie Prieur qui nous l'apprend dans la Julie de ce jour : “Dès le 10 décembre, toute personne désireuse de monter dans le bus devra faire signe au chauffeur du véhicule si elle souhaite qu’il s’arrête. Ou, s’il est dans le bus, signaler qu’il veut en descendre.” Quoi de commun entre ces deux événements  me demanderez-vous ?... vous ne voyez pas ?... Alors prenez une carte de géographie du bassin genevois côté Arve. Vous découvrirez que c'est dans ce secteur géographique, à proximité d'Annemasse que la soldatesque napolitaine et espagnole du duc de Savoie s'est regroupée le 10 décembre 1602 avant de marcher sur Genève lors de la nuit de l'Escalade. Et c'est aussi dans ce même secteur géographique que se situe le point de destination ou de départ c'est selon, du bus de la ligne 61 des TPG qui relie Genève à Annemasse. Alors, afin de célébrer comme il se doit la  nouveauté du réseau des TPG qui coïncide cette année avec la commémoration de l'Escalade, je vous propose une petite mise en bouche en vous laissant deviner lequel des deux itinéraires suivants était celui de la marche de l'armée de Charles-Emmanuel de Savoie dans la nuit du 11 au 12 décembre 1602 et lequel est l'itinéraire qu'emprunte aujourd'hui le bus 61 des TPG :

Itinéraire 1 : Annemasse , Croix d'Ambilly, La Tour, Gaillard, Moillesulaz, Graveson, Peillonnex, Rieu,Terrassière, Cornavin.

Itinéraire 2 : Bonne, Monthoux, Etrembières, Gaillard, les Terreaux, Champel, la Jonction, Plainpalais.

Vous avez trouvé ? Alors bravo !Vous me permettrez de conclure avec cette uchronie : Il y a fort à parier que si le bus TPG 61 avait existé en 1602, les soudards du duc n'auraient pas hésité à l'emprunter, évitant ainsi de se mouiller les pieds par une nuit bien froide et sombre comme le dit la chanson. Et, ne connaissant pas le secteur, ayant par mégarde omis de demander l'arrêt, ils se seraient fourvoyés et perdus dans la nature, évitant ainsi à Genève un bien grand péril. Fasse le ciel que Cé qu'è lainô protège une nouvelle fois les Genevois aux arrêts de bus et trolleybus le 10 décembre prochain car manquer son arrêt Pè onna nai asse naire que d'ancro” serait assez embêtant. Et ce serait rageant aussi pour toutes celles et ceux qui risqueraient ainsi de manquer le traditionnel cortège de l'Escalade qui se déroulera ce même dimanche 10 décembre. Mais rassurez-vous, les arrêts prévus pour la lecture de la proclamation sont des arrêts fixes.

Escalade d'après Elzingre.jpgClaude Bonard

12:03 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |