24/11/2017

Escalade de 1602, l'énigme historique et artistique du jour

Armet s.jpeg

Dans ses compositions représentant l'Escalade de 1602, l'artiste Edouard Elzingre (1880-1966), nous montre presque toujours les assaillants savoyards coiffés du casque portant le nom de bourguignotte, presque jamais de armets savoyards. Or si l'on examine les trophées  recueillis par les Genevois victorieux sur place au lendemain de l'Escalade de la nuit du 11 au 12 décembre 1602, on s'aperçoit que les casques portés par les troupes  du détachement d'assaut du Duc de Savoie étaient presque tous des armets  noircis de type savoyard. Parfois des morions ou des cabassets.  Notre musée d'art et d'histoire possède de nombreux  exemplaires de armets savoyards. Ce casque se caractérise par un mézail qui protège le visage, le plus souvent en forme de visage humain grimaçant ou muni d'ouvertures qui y font ressembler. La visière du casque est apparente, plate, au dessus des yeux. Edouard Elzingre, dans ses dessins et aquarelles a dessiné les Savoyards coiffés d'une bourguignotte, un  modèle de casque originaire de Bourgogne qui apparaît au temps de la Renaissance et va connaître très vite une grande popularité, notamment au sein de la noblesse. Question : pourquoi Elzingre en a-t-il fait son modèle de casque préféré, porté aujourd'hui encore par de nombreux cavaliers du cortège de l'Escalade alors que le butin de l'Escalade n'en compte aucune  ? L'explication est probablement à trouver lorsqu'on feuillette les albums historiques richement illustrés très en vogue au 19e siècle et au début du 20e, notamment en France, rappelant les grandes heures de l'Histoire, et que l'on doit aux géniaux illustrateurs qu'étaient notamment JOB ou Hermann Vogel. La bourguignotte, magnifique casque découvrant les traits du visage recueillait alors la faveur des artistes et illustrateurs et les grands seigneurs et  grands capitaines  qu'ils dessinaient en étaient toujours coiffés. Elzingre n'a fait dès lors que prendre le train en marche et a représenté ses personnages coiffés d'une bourguignotte. CQFD. 

Claude Bonard

 

14:46 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Tres intéressant billet. La représentation de ces sinistres "armets savoyards" aurait été idéale pour immortaliser la vilenie des "méchants" de cette histoire mais peut-etre le peintre ne voulait-il pas donner un air trop sinistre a la représentation d`un événement qui avait pris une coloration festive dans l`histoire de Geneve.

Écrit par : JJ | 24/11/2017

Merci pour cet article, vous avez une façon de présenter des détails de l’histoire de façon attrayante et si je me souviens bien des mes leçons d’histoire à l’école, je m’ennuyais royalement et vous me permettez de combler mes lacunes en ce domaine (et qui sont nombreuses -:)) de manière attractive. Bonne fin de semaine.

Écrit par : grindesel | 24/11/2017

Réponse à grindesel : Madame, Monsieur, Votre message me touche, et m'incite à poursuivre dans la voie que je me suis fixée, à savoir rendre la grande, mais surtout la petite histoire amusante et sympathique ! Je vous souhaite une bonne journée.

Écrit par : Bonard | 25/11/2017

Les commentaires sont fermés.