15/12/2017

« Vivre ensemble » est-ce seulement un slogan creux et vide de sens ?

Promouvoir le « vivre ensemble »... Une phrase à la mode qui fait fureur dans les discours politiques et sur les chaînes de télévision, surtout s'agissant des débats actuels sur la laïcité. Est-ce une mode, un slogan creux que l'on brandit comme un fou du roi brandissait  un hochet  pour amuser son souverain ? est-ce un propos  tarte à la crème ( c'est à la mode à Piogre cette semaineBlog vivre ensemble.jpg...) Peut-on essayer d'appliquer cette maxime à notre quotidien ? Ce blog vous propose quelques pistes concernant notre chère Genève. Une utopie ? À vous de juger, avec une précision, je ne crois pas être un  naïf "bisounours" et c'est en toute conscience de la réalité du moment que je vous livre ma réflexion.

Vivre ensemble alors que Noël pointe son nez, c’est veiller à préserver et consolider à Genève le pacte social qui nous unit fondé sur des valeurs qui ont pour nom : solidarité – justice sociale, intégration et respect mutuel. Vivre ensemble, ça veut  dire  quitter le mode du « je t’aime moi non plus » et celui de la « mésentente cordiale » ; deux attitudes qui caractérisent trop souvent les rapports qu’entretiennent les Genevois entre eux et envers leurs autorités. Deux postures de défiance qui sapent les énergies et freinent la réalisation de tant de projets pourtant nécessaires au bien de notre collectivité et qui, au passage, surprennent tellement nos amis Confédérés ! Vivre ensemble, c’est avoir le souci du bien commun et faire preuve de respect et de tolérance les uns envers les autres. « Le respect ne se décrète pas, il se gagne et il se mérite » ! Vivre ensemble, c’est aussi savoir vivre en bonne intelligence avec nos voisins. N’oublions pas que c’est avec nos voisins d'Annemasse, de Saint-Julien, de Bonneville de Gex ou de Thoiry pour ne citer qu'eux, que depuis les temps les plus reculés, nous partageons le même espace géographique et en partie la même histoire.  Notre illustre compatriote Jean-Jacques Rousseau écrivait le 20 janvier 1763 au Maréchal de Luxembourg au sujet de la Suisse "qu’elle était un mélange bizarre, spectacle unique en son genre, mais fait seulement pour des yeux qui sachent voir".   Alors à Genève, alors que les fêtes de fin d'année approchent, ouvrons les yeux en regardant vivre et se développer notre canton, notre région, notre pays ! Faisons en sorte d’avoir nous aussi " des yeux qui sachent voir".

C'est tout le bonheur que je vous souhaite !

 

Claude Bonard

13:07 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.