06/01/2018

La Pucelle d'Orléans vue par Voltaire en 1762 – une œuvre burlesque éditée à Genève

Le 6 janvier 1412 naissait Jeanne-d'Arc. En lien avec cet anniversaire, il est intéressant de rappeler que c'est un éditeur genevois, Gabriel Cramer (1723-1793) qui fut l'un des éditeurs des œuvres de Voltaire dont l'ouvrage que François-Marie Arouet consacra à Jeanne. Voltaire intitula son texte  : La Pucelle D'Orleans: Poeme Divise en Vingt Chants, Avec des Notes”. Ce livre est un pamphlet destiné à un petit cercle d'initiés car son propos va totalement à contre-courant . On est à mille lieues d'une glorification de Jeanne d'Arc rappelant les grandes heures de sa vie, de son action et de son martyre. Pas question non plus de rappeler le rôle de Jeanne dans la reconquête de son royaume par le "roi de Bourges", le futur Charles VII et les bassesses dont elle fut ensuite la victime. En revanche, Voltaire par ses propos volontairement insolents, veut une fois encore se moquer des bigoteries et de la mystique religieuse qui veut que ce soit la divine providence seule qui guida la jeune bergère devenue chef de guerre et faiseuse de roi. Son texte se veut volontairement moqueur, voire rabelaisien, à témoin cet extrait du deuxième chant que j'emprunte à l'excellente analyse du texte de Voltaire publiée par le professeur Jan Herman, de l'université de Louvain. On y découvre un personnage du nom de Grisbourdon, espion des Anglais, qui arrive à Domrémy, le village de Jeanne :

En feuilletant ses livres de cabale,

Il vit qu’aux siens Jeanne serait fatale,

 Qu’elle portait dessous son court jupon

 Tout le destin d’Angleterre et de France.

 Encouragé par la noble assistanceDe son génie, il jura son cordon,

Son Dieu, son diable, et saint François d’Assise,

 Qu’à ses vertus Jeanne serait soumise,

 Qu’il saisirait ce beau palladion.

 Il s’écriait, en fesant l’oraison

 Je servirai ma patrie et l’église ;

Moine et Breton, je dois faire le bien

De mon pays et plus encore le mien.

Voltaire Cramer.jpgCurieux que ce soit à Genève, austère cité protestante que Gabriel Cramer publie “La Pucelle D'Orleans”, une œuvre aussi licencieuse que burlesque. Cet éditeur avait de qui tenir puisqu'il était le petit-fils du libraire genevois Gabriel de Tournes. Il aurait été été comédien dans la troupe de Voltaire à Ferney. Son entreprise était connue sous l'appellation des "Frères Cramer", en association avec son frère Philibert.

Claude Bonard

Sources et emprunts  :

http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F31182.php

https://www.academia.edu/11808505/La_Pucelle_d_Orl%C3%A9a...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gabriel_Cramer_(%C3%A9diteur)#Famille

http://www.brynmawr.edu/library/exhibits/jehanne/voltaire.html

https://gw.geneanet.org/pdecand?lang=fr&n=de+tournes&nz=de+candolle&ocz=0&p=gabriel&pz=pierre+raymond+guillaume

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mythes_de_Jeanne_d%27Arc#Jeanne_d'Arc_vue_par_Voltaire

 

 

16:13 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.