27/02/2018

1789, lorsque le froid glacial annonçait des périodes chaudes à Genève !

Est-ce prémonitoire s'agissant des prochaines élections cantonales ? Il fut un temps où à Genève, le froid glacial annonçait des troubles politiques qui fragilisèrent tellement  la République de Genève qu'elle ne s'en remettra pas. Pas de conclusions hâtives me direz-vous, car autres temps autres moeurs.  L'événement mérite toutefois d'être rappelé. Les froidures du début de l'année 1789 furent  catastrophique pour l'approvisionnement de la population genevoise.  En janvier, alors que le lac et le Rhône sont gelés et que les moulins ne fonctionnent plus, le Conseil militaire ordonne que des réserves de farine soient mises à l’abri dans les casernes du Régiment de la République, garnison soldée dont la création remonte à 1783 afin de maintenir l’ordre public à Genève. Le prix du pain est augmenté. Le 27 janvier, c’est l’émeute populaire à Saint-Gervais. A la suite de cet événement, un Edit de Pacification est voté le 10 février. Pourtant, rien n’est terminé et les esprits fermentent tant et plus. Le point culminant de la violence sera atteint avec la Révolution genevoise du 19 juillet 1794 et plus particulièrement avec la Terreur genevoise, ses fusillades, son Tribunal révolutionnaire, aboutissant à l’exécution de sept condamnés à mort, dans la nuit du 24 au 25 juillet 1794 aux Bastions.

Quelle époque qui soufflait alors le froid et le chaud  !

Claude Bonard Moulin.jpg

Illustrations : Tribune de Genève (D.R.)
Sources : Forney Jacques, Le Conseil Militaire et le Régiment de la République 1782-1789, Genève, mémoire de licence, 1972, pp.114.ss.
et Bonard Claude, Histoire du Corps de musique de Landwehr 1783-1789-1989, Genève, 1989, p. p. 16.

17:50 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.