24/06/2018

1812 - pour ne pas oublier les Genevois et ceux du Département du Léman tombés en Russie

Le 24 juin 1812 débutait la funeste campagne de Russie. 614'000 hommes de la Grande Armée de Napoléon franchirent le Niémen. En décembre, soit six mois plus tard, les pertes furent  effroyable à l'issue de la retraite. Selon l'historien Thierry Lentz que je cite ici, on peut les estimer ainsi  :  environ 200'000 morts, (la moitié au combat et le reste de froid, de faim ou de maladie), 150'000 à 190'000 prisonniers tombés entre les mains des Russes. On compte aussi 130'000 soldats disparus ou ayant déserté au cours de la marche sur Moscou et près de 60'000 qui tentèrent de se réfugier chez l'habitant. Enfin, moins de 30'000 soldats repassèrent le Niémen à la fin de la campagne. De nombreux  soldats originaires de Genève et du département du Léman perdirent la vie ou disparurent en Russie. Ils étaient notamment incorporés au sein du 35e régiment d'infanterie de ligne. Au 31 décembre 1812, ce régiment ne comptait plus que 36 officiers et 76 sous-officiers et soldats. Plus généralement, au cours des guerres de l’Empire, selon les chiffres cités par le regretté retraite_russie Kossak.jpgWalter Zurbuchen dans son étude intitulée "Genevois sous les Aigles" parue en juin 1964, près d’un millier de conscrits de Genève et du Département du Léman sont morts au combat ou ont été portés disparus, en Prusse orientale, en Russie ou encore du côté de Raguse ou de la Catalogne en défendant une cause qui n’était pas forcément la leur. Il ne faut pas les oublier.

Claude Bonard

13:43 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.