25/06/2018

Depuis 1953, des militaires suisses surveillent le respect de l’armistice en Corée

La situation en Corée fut à la pointe de l'actualité récemment à l'occasion de la rencontre au sommet entre MM. Kim Jong-un, chef suprême de la Corée du Nord et le président des Etats-Unis d'Amérique M. Donald Trump. L'occasion pour moi de rappeler qu'il y a 68 ans aujourd'hui, le 25 juin 1950 la guerre de Corée débutait. 135 000 soldats Nord-Coréens lancent alors  leur offensive en pénétrant sur le territoire de la Corée du Sud. Le conflit va rapidement s'internationaliser alors que le monde se trouve en pleine guerre froide. Les forces des Nations Unies soutiennent la République de Corée et alors que Soviétiques soutiennent la République populaire démocratique de Corée. Près d'un demi-million de “volontaires” chinois combattent aux côtés des Coréens du Nord. Ce conflit meurtrier et dévastateur tant pour les combattants en présence que pour les populations civiles durera jusqu'à l'armistice – toujours en vigueur aujourd'hui – du 27 juillet 1953 qui consacra le retour au “Statu quo ante bellum. Une Commission de Surveillance des Nations Neutres pour l'Armistice en Corée fut créée. Cet organisme qui porte le nom de “Neutral Nations Superviser Commission” (NNSC) est basé à Panmunjeom, ( ou Pan Mun Jon ), nom d'un ancien village aujourd'hui disparu de la zone démilitarisée situé en Corée du Nord à moins de 500 mètres de la frontière entre les deux Corées, dans la province de Hwanghae du Nord. La NNSC était composée à l'origine d'officiers Suisses et Suédois d'une part, Polonais et Tchèques d'autre part. C'est le 7 juillet 1953, que le Conseil fédéral décida de l’envoi de militaires suisses non armés pour surveiller le respect de l’armistice coréen. Cette décision marquait la naissance de la promotion militaire de la paix de la Confédération. Au départ, le contingent suisse en Corée comptait pas moins de 146 militaires. Avec leurs confrères suédois, avec les représentants de la partie adverse, Tchèques et Polonais, leur mission consistait, comme aujourd'hui, à veiller au respect du traité d’armistice dans la partie sud de la zone démilitarisée (DMZ), qui est en fait une des régions les plus militarisées du monde. Les Suisses et les Suédois sont aujourd'hui encore sur la ligne de démarcation avec quelques officiers seulement. Si cet engagement pouvait encore il y a peu paraître symbolique, les récents événements prouvent que la NNSC a encore un rôle à jouer. C'est le divisionnaire Patrick Gauchat qui est aujourd'hui le “patron” de la délégation suisse auprès de la NNSC. Corée SVMM 1.jpg

Claude Bonard

10:33 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.