12/07/2018

12 juillet 1789, un gentilhomme soleurois prend une mauvaise décision et Paris s'embrase

Connaissez-vous notre compatriote soleurois, Pierre Victor de Besenval de Brunnstatt ? Si ce n'est pas le cas, voici  l'histoire de ce gentilhomme de haute lignée qui fut l'un des favoris de la reine Marie-Antoinette. Pierre-Victor de Besenval fit une belle carrière au service des rois de France Louis XV et Louis XVI. Il occupa  d'ailleurs  le poste prestigieux de lieutenant-général  et la charge d'Inspecteur général des troupes suisses et grisonnes. Sa carrière bascula en 1789. L'infortuné Besenval prit de mauvaises décisions au pire moment. Il commandait alors la garnison de Paris et décida malencontreusement le 12 juillet de retirer les troupes de la capitale au moment où la situation devenait tendue en ville. Une tragique erreur de jugement. La voie était désormais libre pour les émeutiers qui, deux jours plus tard, le 14 juillet, purent sans problèmes marcher sur la Bastille après s'être emparés des armes entreposées aux Invalides. Besenval ne réagira pas. L'infortuné officier sera doublement victime. Des royalistes d'abord, qui le considérèrent comme un traître, et des révolutionnaires ensuite, qui voyaient en lui un royaliste pur sucre. Il sera arrêté fin juillet 1789, jugé et finalement acquitté en 1790. Une triste fin de carrière pour Besenval qui mourra le 2 juin 1791 affaibli par les conditions de sa détention. Curieux retournement de l'histoire, c'est le magnifique hôtel particulier de Pierre-Victor de Besenval au 142 rue de Grenelle qui, depuis 1938, abrite  l'ambassade de Suisse en France.

Claude BonardPeter_Viktor_von_Besenval.jpg

11:57 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.