29/07/2018

Les Suisses de Crimée inventent le Malakoff

Petite historiette si l'envie vous prend d'aller déguster des Malakoffs à l'occasion du 1er août : 
Au cours de la Guerre de Crimée (1854-1856), les troupes anglaises et françaises dans le rang desquelles combattaient des Suisses, se trouvèrent immobilisées devant la ville de Sébastopol, puissamment défendue par l’artillerie lourde du fort Malakoff. Ces Suisses n'étaient pas  les tuniques rouges de la British-Swiss Legion qui ne prit pas part aux opérations. Après plusieurs assauts infructueux, le général Pélissier organisa un blocus de la ville et fit creuser des tranchées.Pendant ce travail de sape les soldats organisaient des bivouacs au cours desquels ils faisaient frire des tranches de fromage dans une poêle ou simplement réchauffées autour d’un feu de camp. Après un long siège, le fort fut pris et Sébastopol tomba, mettant fin à la guerre. Le  traité de Paris fut  signé le 30 mars 1856. A leur retour au foyer, quelques Suisses d'origine vaudoise se regroupèrent pour commémorer la prise de Sébastopol et prirent l’habitude de célébrer l'événement en se réunissant autour d’un feu de camp qui leur rappelait les bivouacs de Crimée. Ils  dégustaient comme  au "bon vieux temps"  des tranches de fromage frites à la poêle dans du beurre, accompagnées de pain et de bouteilles de blanc. En souvenir des assauts de la célèbre tour de Sébastopol, on donna à ce met à base de fromage le nom de Malakoff. En ce qui concerne la recette des Malakoffs, il faut revenir aux années qui suivirent la fin du Second Empire sur la Côte vaudoise et plus particulièrement à Bursins. Jules et Ida Larpin, étaient au service du prince Napoléon Jérôme Bonaparte (1822-1891), surnommé Plon-Plon, neveu de Napoléon 1er et cousin de  l'empereur déchu Napoléon III.  Or donc, ledit Plon-Plon organisa une réception à laquelle participaient des vétérans de la guerre de Crimée. À cette occasion, Mme Larpin, à la demande du Prince, servit comme entrée une version adaptée de Malakoffs sous forme d’une tranche de gruyère enrobée de pâte à frire et cuite dans du beurre. Devant le succès de sa recette, elle eut l’idée d’en faire bénéficier ses cousins Alfred et Rose Larpin alors tenanciers de l’Auberge d’Eysins. Devenu plat principal de l’auberge, la recette fit le succès de l'établissement accompagnée de salade, cornichons, petits oignons et moutarde.

Claude Bonard

Source :  CB et Wikipedia  et divers sites internet consacrés aux Malakoffs dont celui de l'Ecusson Vaudois dont est tiré l'anecdote du couple Larpin. (d.r.)Malakoff.jpg


11:42 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.