22/09/2018

Un massacre de coptes d'Egypte en Valais il y a plus de mille sept cents ans

Si vous passez par le Bourg-de-Four, prenez le temps de saluer Gondebaud, le roi des Burgondes dont la statue polychrome orne l'une des façades de la place.  Il peut être fier de son fils aîné Sigismond qui fonda en 515 l'Abbaye de Saint-Maurice d'Agaune à l'endroit où l'évêque Théodule aurait fait transporter les restes des soldats romains chrétiens coptes de la légion thébaine exécutés vers l'an 300. Déjà un massacre de chrétiens d'Egypte me direz-vous, mais en l'occurence non pas sur les bords du Nil  mais bien au bord de ceux du Rhône en Valais. Ce tragique événement se serait déroulé  "chez nous"  il y a  plus de mille sept cents ans ans. La date du 22 septembre, fête de Saint Maurice  rappelle en effet  le sort tragique de cette légion et de son commandant, un certain Maurice dont le nom viendrait du mot grec "Moros"  ou latin "Mauri" » qui signifie "noir ". A cette époque, le commandement d'une légion était exercé par un préfet équestre ou un  tribunus prolegato.  Les soldats  exécutés auraient été au nombre de 6.500 selon certaines sources anciennes. Cette légion était composée d’hommes recrutés en Thébaïde, une région ayant pour capitale Thèbes ( Louxor). Le massacre aurait été commis sous le règne de  l’empereur Dioclétien sur ordre du co-empereur Maximien Hercule. Curieuse structure politique d'ailleurs que cette co-direction de l'empire organisée par  Dioclétien  qui l'avait imaginée  afin de se protéger d'éventuels usurpateurs.  La légion  thébaine aurait été envoyée  dans nos contrées pour soumettre les chrétiens d'Octodure (Martigny) et selon la légende,  les légionnaires auraient refusé de marcher contres leurs frères chrétiens. Avec le recul, on peut  aussi se demander  si ils n'auraient pas été condamnés  plus pour un refus d’obéissance que pour leur croyance. Mais ça c'est une question que je renvoie aux historiens. N'allons pas gâcher le mythe de la légion thébaine et  par ricochet écorner l'image du roi Sigismond révéré à Saint-Maurice depuis l'an 515. Son père Gondebaud, pourrait nous en vouloir et descendre de sa statue du Bourg-de-Four Gondebaud.JPGcar comme l'histoire l'a démontré, il avait la colère facile et l'épée tranchante.  Sur ce, bonne fête à tous les Maurice !

Claude Bonard 

Source : site http://www.roma-quadrata.com/thebaine.html 
Pour en savoir plus, lire : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F10228.php

14:28 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

17/09/2018

Market Garden 17 septembre 1944 - Sosabowski, le héros humilié -

17 septembre 1944 :  jour 1 de l'opération "Market Garden" aux Pays-Bas. Cette opération  militaire consistait pour les Alliés  à s'emparer du pont sur le Rhin situé à Arnhem aux Pays-Bas. Une mission impossible pour les 600 parachutistes  britanniques légèrement armés qui parvinrent à établir une tête de pont à proximité  de l'ouvrage mais que furent obligés de céder aux assauts répétés des Nazis alors qu'Américains et Polonais tentaient de leur porter secours. 

Dans le film "Un pont trop loin"  qui relate cet épisode  de la Seconde Guerre mondiale, le rôle du général Stanisław Franciszek Sosabowski  est joué par Gene Hackman qui campe magnifiquement le personnage. Au cours de l'opération "Market Garden", Sosabowski  commandait  la 1re Brigade indépendante de parachutistes polonais faisant partie de l'armée britannique.  En septembre 1946, il fut privé de sa nationalité par le nouveau stanislaw-sosabowski.jpggouvernement communiste polonais. Il vécut jusqu'à sa mort près de Londres et trouva un travail en tant qu'ouvrier à l'usine CAV industries  Ltd à Acton.  Il  arriva à survivre dans la précarité oublié de tous, et  décéda à Londres le 25 septembre 1967. Réhabilité après la renaissance d'une Pologne démocratique en 1989, sa dépouille fut rapatriée à Varsovie. Sa sépulture  est visible au cimetière militaire de Powązki.  Un  buste rappelle sa mémoire à  proximité de la citadelle de Varsovie.  

Claude Bonard

 

11:58 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

13/09/2018

Notre Président de la Confédération à Paris - il y a culotte et culotte....

Visite de travail du président de la Confédération Alain Berset à Paris : suite à l'article d'Alain Rebetez dans la TdG, je vous propose ce complément d'information à propos des tenues de la Garde républicaine et de leur symbolique protocolaire. Le détachement d'honneur du 1er régiment d'infanterie de la Garde républicaine qui rend les honneurs dans la cour de l'Elysée est vêtu de la tenue de tradition de la Gendarmerie qui n’a que peu évolué en 130 ans. Puisqu'Alain Rebetez a évoqué la couleur du pantalon dans son article, il est toujours identique à celui porté par les autres gendarmes, soit bleu avec une bande noire sur le côté des jambes. En revanche, les cavaliers et motards de la Garde sont équipés d’une culotte (tradition équestre ) pour les services d’honneur. Elle est d’un bleu identique à celui du pantalon des fantassins mais une autre culotte, blanche sans bande noire est portée lors des services d'honneur exécutés au profit et en présence du chef de l'Etat . D'où la justesse de l'observation d'Alain Rebetez. Il y a une marge d'appréciation au niveau du protocole. Usuellement, la culotte bleue est portée lors de l'accueil de ministres étrangers et la culotte blanche est portée lorsque le Président de la République reçoit ses homologues étrangers en visite officielle ou d'Etat. Là, il s'agissait d'une visite dite de travail. Lors d'une  rencontre entre le président Macron et Mme Doris Leuthard la couleur de la culotte des gardes  républicains du régiment de cavalerie postés sur les marches de l'Elysée était aussi bleue. Comme quogarde-republicaine-elysee.1255613016.jpgi, dans le protocole,  contrairement à l'adage, la culotte fait le moine  ! ... mais je ne peux pas m'empêcher de penser que les cavaliers auraient porté leur culotte blanche si la haute personnalité  accueillie pour  une visite de travail à l'Elysée  était  chef d'Etat de l'un des pays membres du G7, de l'UE ou d'un continent voisin.

Claude Bonard

11:58 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |