04/01/2019

Eugeniusz Bodo, le Rudolph Valentino polonais était-il né à Genève ? le mystère demeure ...

Au cours des fêtes, j'ai regardé avec délectation "The Artist" avec Jean Dujardin dans le rôle de Georges Valentin. Ce film m'a rappelé le destin d'un artiste de cette époque de l'entre-deux guerres qui ressemble à celui de Valentin/Dujardin. Une histoire toutefois nettement plus tragique, oscillant entre paillettes et drames. Je veux ici évoquer l'étonnant et triste destin d'un homme, le Rudolph Valentino polonais  dont les biographies qui lui ont été consacrées sur les bords de la Vistule indiquent qu'il serait né à Genève. Or, avec l'Archiviste d'Etat Pierre Flückiger, nous avons effectué une première recherche aux AEG à la suite desquelles rien ne permet en l'état ni de confirmer la thèse de la naissance d'Eugeniusz Bodo à Genève ni d'ailleurs de l'infirmer. Ceux qui ont écrit sur lui en Pologne indiquent  qu'Eugeniusz Bodo aurait été le fils unique d'un ingénieur suisse  du nom de Théodore Junod et d'une mère polonaise  nommée Anna Dylewska. En 1910, cette  famille aurait quitté la Suisse pour s'installer à Łódź en Pologne où le  père ouvrit la première salle de cinéma du pays. En 1917, Bodo  s'en alla rejoindre  le théâtre Apollo de Poznań. Dans les années 1920, il se produisit avec succès au  théâtre Qui Pro Quo de Varsovie.  Eugeniusz Bodo était  surtout connu en Pologne pour ses rôles au cinéma qui firent de lui l'idole du pays. En 1931, Bodo devint cofondateur du studio de cinéma BWB. Deux ans plus tard,  il créa sa société de production,  "Urania", du nom du cinéma paternel de Łódź. Au printemps de 1939, il ouvrit son  prestigieux "Café Bodo" à Varsovie.  Une bien mauvaise période allait suivre et le destin de Bodo  vacilla au moment de l'invasion de la Pologne par les Nazis et les Soviétiques. Au cours des premières semaines de guerre, il  organisa des concerts destinés à la troupe  lors du siège de Varsovie afin de maintenir le moral des soldats; en  1941, son établissement  devint  à son grand désespoir un endroit où se retrouvaient les dignitaires et officiers nazis. Bodo finit par quitter Varsovie  pour rejoindre Lwow , ville polonaise  ( aujourd'hui ukrainienne) occupée par la Wehrmacht puis cédée aux Soviétiques son but étant de rejoindre  le "Tea-Jazz band" dirigé par le compositeur Henryk Wars, qui popularisa le jazz en Pologne. Mal lui en a pris car il fut rapidement arrêté par le NKVD et accusé d'espionnage du fait qu'il était porteur d'un passeport suisse. Après plusieurs interrogatoires musclés, il fut jugé et condamné à cinq ans de travaux forcés. Déporté dans un Goulag près d'Arkhangelsk, Eugeniusz Bodo mourut  le 7 octobre 1943 suite aux mauvais traitements qui lui furent infligés. La Télévision polonaise lui a  récemment consacré une belle série rappelant ses succès et ses malheurs. Voir sur Bodo chien.jpghttp://vod.tvp.pl/24296088/odc-5

Claude Bonard

Source partielle et photographie (d.r.)  : Wikipedia

12:05 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Le mystère demeure, vous ne croyez pas si bien dire Monsieur Bonard... Le personnage aurait inspiré Samuel Beckett, paraît-il, lorsqu'il écrivit "En attendant Bodo".

Écrit par : Gislebert | 04/01/2019

J'ai regardé le même film que vous M. Bonard, et ne vois pas le rapprochement avec cet acteur (que je ne connaissais pas) qui n'avait de Valentino que les cheveux gominés....
"Eugeniusz Bodo, né Bohdan Eugène Junod le 28 décembre 1899 à Genève et mort au Goulag le 7 octobre 1943 près de Kotlas, en URSS, a été un réalisateur, scénariste, producteur de cinéma, ingénieur du son, et acteur polonais d'origine suisse.C'était un comédien très connu pendant l'entre-deux-guerres."
Wikipédia

J'ai fait traduire pour vous cette autre biographie sur un portail en anglais:

Eugeniusz Bodo, 1931, photo: Benedykt Jerzy Dorys, collection de la Bibliothèque nationale de Pologne, www.polona.pl
Eugeniusz Bodo 28.12.1899—7.10.1943

Acteur, chanteur, réalisateur, scénariste. L'un des artistes les plus populaires de l'entre-deux-guerres du cinéma et du théâtre de divertissement polonais. Né le 28 décembre 1899, décédé le 7 octobre 1943.

Le vrai nom de Bodo était Eugene Bogdan Junod. Son père, Teodor Junod, était organisateur de fêtes à Lodz (et fondateur du premier cinéma de la ville, Urania). Il était suisse et membre de l'Église évangélique réformée. La mère de Bodo, Dorota, née Dylewska, était d’origine aristocratique. Bodo devait son nom de famille français et sa nationalité suisse à son père. Il avait eu deux passeports jusqu'à la fin de sa vie, ce qui devait plus tard contribuer à la mort tragique de l'artiste en 1943. Le père de Bodo transmettait à son fils une aptitude naturelle à faire des affaires qui, à l'exception de son talent artistique, lui a permis de devenir l'un des acteurs polonais les plus célèbres et les plus riches.

Théâtre

Bodo a commencé sa carrière dans les théâtres de Łód dirigés par son père. À l'âge de cinq ans, il a fait la fête en dansant des cow-boys, tenant un revolver et un fouet. Cependant, ses parents souhaitaient un autre chemin de vie, plus sûr et plus stable pour leur fils. Ils ont rêvé qu'il deviendrait un médecin. Leurs attentes ne se sont jamais réalisées. Bogdan Eugeniusz, 18 ans, s'est enfui de la maison et s'est engagé dans le théâtre Apollo à Poznań. Sa pauvreté ne lui permettait pas de créer son propre répertoire (c’était un temps où les artistes achetaient des chansons et des textes à des auteurs), de sorte que le jeune acteur exploitait le répertoire existant, ce qui ne l’empêchait pas de réaliser ses premiers succès. partir pour la capitale, Varsovie.
À Varsovie, il débute en 1919 au théâtre Sfinks, où il se produit sous son vrai nom de famille, Junod. Après plusieurs mois, il se rend au théâtre Bagatela et commence à utiliser son pseudonyme, Bodo, créé en joignant les premières syllabes des noms de ses parents.

Ses premiers succès plus importants sont venus en 1921 au théâtre Qui Pro Quo, qui était un véritable terreau pour de nombreux talents. C'est à cette époque que Zula Pogorzelska et Mira Zimińska ont commencé leur carrière dans le même théâtre. Bodo a fait ses débuts dans l'opérette Amerykanka sur la musique de Zygmunt Wiehler et le livret d'Andrzej Włast. C'était en octobre 1921. Bodo a été associé à Qui Pro Quo jusqu'en 1925, agissant de manière sporadique sur d'autres théâtres.
Eugeniusz Bodo avec le film "Wiatr od morza", 1930, pour. Laski Diffusion / East News
Eugeniusz Bodo dans Wiatr od morza [Le vent de la mer], 1930, photo: Laski Diffusion / East News

En 1925, Bodo et un groupe d’acteurs quittèrent Qui Pro Quo pour le théâtre Perskie Oko, centré sur les revues et parfaitement plus adapté au tempérament artistique de Bodo. Il y travailla jusqu'à la fermeture du théâtre. Au cours des années suivantes, il se produit au théâtre Morskie Oko (lieu légendaire surnommé «une revue polonaise à la parisienne»), au théâtre Cyganeria, au théâtre Cyrulik Warszawski et au théâtre Wielka Rewia. Le dernier théâtre auquel il a été associé avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale a été Tip-Top, ouvert à la fin du mois de juillet 1939.

Film

Bodo a également construit sa carrière en utilisant la magie du cinéma. Il a fait ses débuts en 1925 à Rywale [Rivals], et lorsque l'ère sonore du cinéma a atteint la Pologne, il était l'une des stars les plus célèbres. Il a joué avec enthousiasme dans des films musicaux et chanté des chansons dont on se souvient jusqu'à aujourd'hui. L'un des films les plus célèbres mettant en vedette Bodo était Piętro wyżej [Un étage en haut]. Bodo a écrit le scénario et interprété la chanson Sex Appeal, habillée en Mae West, bien avant son époque, trente ans avant le métissage connu du célèbre film américain Some Like It Hot.
Bodo a également joué des rôles en dehors de son répertoire de revue standard. Il était excellent pour créer des personnages en marge de la société. Dans Skłamałam [I Lied], un film réalisé par Michał Krawicz, il a créé un portrait convaincant d'un pander, en utilisant la naïveté du personnage principal interprété par Jadwiga Smosarska. Dans le dernier film où il jouait (et réalisait lui-même) - la photo de 1938 Za winy niepopełnione [Pour les péchés incontrôlés] - il avait créé un personnage noir convaincant qui ruinait la vie de son collègue (interprété par Kazimierz Junosza-Stępowski). Le film a prouvé que Bodo avait le potentiel de devenir un très bon acteur dramatique.

Il était également engagé dans la création de l'industrie du divertissement en Pologne - Bodo dirigeait deux studios de cinéma. Plusieurs mois avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, il créa un café luxueux appelé Café-Bodo.
Adam Brodzisz et Eugeniusz Bodo dans Wiatr od morza [Vent de la mer], dir. Kazimierz Czyński, 1930, photo: Filmoteka Narodowa / www.fototeka.fn.org.p
Adam Brodzisz et Eugeniusz Bodo dans Wiatr od morza [Vent de la mer], dir. Kazimierz Czyński, 1930, photo: Filmoteka Narodowa / www.fototeka.fn.org.p

Dandy

Juste avant le début de la Seconde Guerre mondiale, Bodo était au sommet de sa popularité. Ses talents de danseur et son tempérament lui ont valu la gloire des femmes. Ses revenus énormes l'ont laissé devenir l'un des hommes les plus élégants de Varsovie. Grâce à son influence sur la mode contemporaine, les vestes en tweed de la boutique de luxe Old England sont devenues populaires. Sa vie privée a excité les commérages, en particulier sa longue histoire d'amour avec la star de cinéma Nora Ney et une aventure amoureuse avec la danseuse et chanteuse tahitienne Reri, pour qui il a écrit le scénario de Czarna Perła [Black Pearl, 1934], le film réalisé par Michał Waszyński. La relation avec Reri a pris fin au bout de quelques mois. L’une des raisons était apparemment le goût de la danseuse pour l’alcool (Bodo lui-même n’avait pas bu). Cependant, la légende raconte que Reri était en proie à l’infidélité de l’acteur polonais.

Victime du stalinisme

La biographie de l'acteur à succès s'achève tragiquement. Bodo était sans aucun doute l'une des figures les plus douloureuses du théâtre polonais de l'entre-deux-guerres. Après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en septembre 1939, Bodo se rendit à l'est. Il est arrivé à Lviv, où il a commencé à participer à des représentations théâtrales se déroulant dans le cinéma Stylowy (aux côtés de Gwidon Borucki, Feliks Konarski, Adam Astron et Mieczysław Fogg). En octobre 1939, il commença à coopérer avec un groupe théâtral dirigé par Konrad Tom, ainsi qu'avec des acteurs avec lesquels il avait travaillé auparavant dans les théâtres de Varsovie.
En décembre 1939, les autorités soviétiques n'autorisèrent le fonctionnement que de deux théâtres et de trois orchestres à Lviv. L'un des orchestres s'appelait Tea-Jazz. Bodo a commencé à jouer avec eux, chantant à la fois en polonais et en russe. Les enregistrements qui enregistrent les performances sont une véritable rareté pour les collectionneurs de nos jours. Bodo essayait cependant de quitter la Russie soviétique, espérant que l'ambassade de Suisse et sa nationalité suisse l'aideraient.

Pendant plusieurs décennies après la Seconde Guerre mondiale, les deux dernières années de la vie de Bodo ont été déchirées dans le mystère. C'était aussi tard que 1973 que l'on croyait qu'il avait été tué par les nazis. Il s'est avéré par la suite qu'il avait effectivement été arrêté en 1941 par le Commissariat du peuple aux affaires intérieures, l'organe chargé de l'application de la loi de l'Union soviétique. Accusé d'espionnage, il est détenu dans une prison de Moscou. La dépression et les conditions terribles dans lesquelles il a été détenu pendant deux ans ont complètement ruiné l'acteur. Eugeniusz Bodo est décédé alors qu'il était transporté dans l'un des camps de travail soviétiques. Son corps a été enterré dans une fosse commune.
(...)

Écrit à l'origine en polonais par Tomasz Mościcki, nov. 2010, traduit par NS, mars 2017.
https://culture.pl/en/artist/eugeniusz-bodo

Avec mes meilleurs voeux pour 2019 :)

Écrit par : Patoucha | 04/01/2019

Réponse à la personne au pseudo Patoucha :
Chère Madame, grand merci d'avopir pris la peine de me faire parvenir cette traduction et se complément d'information. Un destin tragique pour cet artiste de qualité toujours populaire et révéré en Pologne. Meilleurs voeux à vous pour la nouvelle année !

Écrit par : Bonard | 05/01/2019

De rien M. Bonard! Ce fut un plaisir que cette découverte... Il est mort dans la fleur de l'âge! Mais d'après mon papa les années 20 étaient de belles années, les années folles! Il nous chantait "Viens Poupoule, viens Poupoul, viens ...." LOL Cela nous faisait rire. C'était l'époque d'Elvis.... :)

Merci pour vos voeux.

Écrit par : Patoucha | 05/01/2019

Les commentaires sont fermés.