06/11/2017

Evénements genevois du 9 novembre 1932. Les paroles d'un sage, Albert Picot

Albert Picot notreHistoire.ch.JPG

Dans ses "Souvenirs" publiés en 1963, chez Jullien à Genève, l'ancien Conseiller d'Etat Albert Picot ( parti libéral démocratique, 1882-1966) s'exprimait ainsi à propos des événements tragiques du 9 novembre 1932 :

"On peut se poser cette question : dans la journée du 9 novembre devant la menace de la violence, n'aurions-nous pas pu employer tel procédé politique et humain qui, même hors des lois, aurait détourné le cours des événements : convocation des chefs des deux camps hostiles ? démarches en accord avec des syndicalistes ou des Udéistes raisonnables ? arrestations préventives ? je ne sais. L'atmosphère créée par Nicole, la tension des esprits était-elle que tout cela n'était ni possible, ni capable d'efficacité ? On ne peut pas refaire l'histoire à coup d'hypothèses. J'étais alors conseiller depuis treize mois. Peut-être que dix ans plus tard comme lors de l'émeute du 26 avril 1946 vécue aux côtés de Charles Rosselet, et conjurée assez rapidement, j'aurais agi un peu autrement. La fusillade du 9 novembre qui a atteint des émeutiers et d'innocents citoyens a été un grand malheur. Mais il faut bien se rendre compte que, si les émeutiers de la rue de Carouge avaient envahi la Salle communale, les pertes auraient été plus sévères encore." 
In : Souvenirs, p. 91

L'événement s'étant déroulé le 26 avril 1946 auquel Albert Picot fait référence est la grève des ouvriers du bâtiment organisée par la FOBB qui avait débuté  le 23 avril. La plus imposante manifestation syndicale à Genève de l'immédiat après-guerre. Les grands chantiers du moment, dont celui de l'aéroport de Cointrin furent désertés. Un important meeting eut lieu à Saint-Gervais, les manifestants en masse traversèrent la ville en cortège alors que les représentants des associations patronale se réunissaient en séance de crise. Quelques échauffourées eurent lieu. François Picot eut  alors la chance d'avoir comme interlocuteur Charles Rosselet que  l'écrivain et historien Luc Weibel a qualifié dans l'ouvrage qu'il lui a consacré "d' homme de raison au temps des passions”. Un hommage mérité. Charles Rosselet, né à Fleurier en 1893, est décédé à Lancy en 1946. Il marqua son époque et se fit remarquer à la fois en tant que syndicaliste, de militant politique et  fondateur du parti socialiste genevois. Son  opposition farouche à Léon Nicole constitua un tournant de la vie politique genevoise. Au plan institutionnel,  Charles Rosselet accéda aux plus hautes charges de l'Etat, en tant que président du Conseil national de 1941 à 1942 tout en servant sous les drapeaux  au cours du service actif comme simple soldat. Il fut aussi Conseiller d'Etat à Genève de 1945 à 1946. Il décéda en fonctions le 14 octobre 1946.


Claude Bonard


A propos d'Albert Picot lire : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F6657.php

A propos de Charles Rosselet lire : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F6553.php


Illustration : notreHistoire.ch

 

15:25 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

04/11/2017

Les événements genevois du 9 novembre 1932 vus par la presse de la Côte d'Azur

Atmosphère de tensions politiques, de difficultés économiques, de crise et de chômage à Genève au début des années 30. La débâcle de la Banque de Genève et la crise des finances publiques n’arrangèrent pas les choses. Le climat politique genevois devient virulent. C’est ce que l'historien genevois Louis Binz a nommé « le durcissement des extrêmes » aboutissant aux tragiques événements du 9 novembre 1932 faisant 13 morts et 62 blessés puis, un an plus tard, à l’élection du gouvernement de Léon Nicole, le premier Conseil d’Etat à majorité socialiste de Suisse. Mon père résidait alors en France, à Juan-les-Pins. Il avait gardé dans les archives qu'il m'a léguées d'intéressantes coupures de la presse locale et niçoise qui démontrent que sur la Côte d'Azur, on suivait de près les événements de Genève et de Lausanne, ainsi qu'en témoignent les extraits ci-après :

 L'Eclaireur de Nice et du Sud-Est , 10 novembre 1932 :

 A Genève, une Réunion politique dégénère en véritable émeute. Débordée et assaillie par la foule, la police et la troupe ont dû faire usage de mitrailleuses. IL Y A DES BLESSES ET DES MORTS (…) A la suite de l'émeute, le conseil d'Etat de Genève a tenu une séance extraordinaire au cours de laquelle d'importantes décisions ont été prises.”

 L'Eclaireur de Nice et du Sud-Est, mardi 15 novembre 1932 :

 Le calme renaît à Genève. La détente s'est accentuée. Le public, entièrement rassuré, a repris ses occupations. Quelques sections de soldats veillent encore, sur certains points importants. Le mouvement révolutionnaire a avorté, grâce aux mesures énergiques, rapidement prises par les autorités fédérales et régionales (Service spécial P.)”

 Le Petit Niçois : “Lausanne 14 novembre. Tandis que le calme règne à Genève, une bombe éclate à Lausanne. Un engin explosif sur la nature duquel on n'est pas encore fixé, mais qui paraît avoir été chargé de mélinite et qui semble avoir pour auteur un homme de métier, avait été placée hier derrière une des colonnes qui soutiennent le chapiteau d'entrée de l'Hôtel de Ville. Au moment où l'engin fit explosion, 4 jeunes gens et une jeune fille ont été blessés.(...) A Genève, le calme règne, l'ordre de démobilisation du régiment genevois mis sur pied pour maintenir l'ordre à la suite des troubles de mercredi dernier est parvenu à Genève aujourd'hui vers midi. Le régiment, sauf la compagnie I/13 sera licencié dès 17h.”

L'Eclaireur de Nice et du Sud-Est, mercredi 16 novembre 1932 : “Genève, 15 novembre. Hier soir est décédé à l'hôpital cantonal M. Rattaz, âgé de 37 ans, instituteur à Chêne-Bourg, qui avait été atteint d'une balle à la tête au cours de la manifestation du 8 novembre. Ce décès porte à treize le nombre des victimes. On apprend que le Conseil fédéral a rapporté l'ordre de demeurer au piquet pour un certain nombre d'unités militaires.”

  20171104_151355.jpgClaude Bonard

 

 

 

 

15:58 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |