21/12/2017

UE - Suisse - Pologne, le baiser de Judas et la mésentente cordiale

"Après avoir surjoué l’amitié, l’UE et la Suisse vivent une lune de fiel " excellent titre de la Tribune de Genève ce soir sur internet. Pour d'autres raisons, il en va exactement de même aujourd'hui entre la Pologne et l'UE.... Deux lunes de fiel en un seul jour ! c'est rare ! ...sauf que la Pologne a reçu pour la période 2014-2020 82,5 milliards d'euros de fonds européens sans parler des milliards d'Euros reçus depuis son entrée dans l'UE en 2004 soit au total 229 milliards d’euros. A l'inverse, en Suisse, nous prenons l'engagement envers cette même UE dont nous ne sommes pas membre, de verser au titre de la solidarité européenne  un second milliard de cohésion en faveur des pays de l'Est. ( 1,3 milliard très exactement)  et Bruxelles nous cherche aussi des noises....

Et pour revenir à la Pologne, s'agissant de la destination du premier milliard de cohésion suisse , 489 millions de francs suisses sont allés  soutenir ce pays. Alors lorsque je vois ce que je vois sur les bords de la Vistule, moi qui pourtant aime bien l'UE et la Pologne, je suis triplement perplexe.... Ah j'oublie... Mme Theresa May a été reçue avec tous les honneurs à Varsovie aujourd'hui. Alors honni soit qui mal y pense ! "Welcome ou (BR)exit, il faut choisir  !" comme dit le slogan; et je me dis qu'en cette fin d'année, les lunes de fiel sont vraiment contagieuses, et que tout ça se danse de façon hypocrite sur le rythme de je t'aime moi non plus ou mieux encore d'une mésentente cordiale qui vire à l'aigre. Sans omettre le baiser de Judas du président de la Commission européenne dont le nom commence aussi par J à notre présidente de la Confédération, Mme Doris Leuthard.. J'aurais rêvé mieux pour Noël et le Nouvel An !

Claude BonardUE.png

23:34 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Restauration genevoise - la vraie histoire de la proclamation du 31 décembre 1813

Suite de notre série consacrée à la Restauration genevoise. Aujourd'hui, je vais vous narrer l'histoire de la première Genferei de l'histoire de l'indépendance retrouvée. Son Excellence le comte Ferdinand von Bubna und Littitz et les troupes autrichiennes entrent dans la cité de Genève vers 13h30 le 30 décembre 1813. Toutes celles et ceux qui se pressent sur l'esplanade de la Treille chaque 30 décembre au soir afin d'assister à la belle cérémonie organisée par la Société Militaire de Genève connaissent le texte de cette proclamation datée du 31 décembre 1813 rédigée dans le style ampoulé et obséquieux du temps par les nouveaux et autoproclamé “Magnifiques et Très-Honorés Seigneurs Syndics et Conseil de la Ville et République de Genève”. Pourtant, ironie de l'histoire, cette proclamation ne sera finalement lue en divers points de la ville que le 1er janvier 1814 et non le 31 décembre 1813 ! En effet, von Bubna exigea d'avoir un droit de regard sur le texte dont la lecture était destinée à informer la population de la restauration de la République. Un témoin du temps, Amédée Jules Pictet de Sergy , avocat  et  membre du Conseil Représentatif, a décrit ces péripéties dans un livre  publié en 1869: "... la journée tout entière s'est écoulée à discuter, corriger, imprimer, réimprimer, et rien ne s'était trouvé prêt avant la nuit. On dut renvoyer la publication au lendemain, mais on oublia d'en changer la date primitive."

Ainsi s'écrivit  la première Genferei de l'histoire de Genève restaurée !

20171221_115526_001.jpgClaude Bonard

12:02 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

20/12/2017

Décembre 1813, Genève aux prises avec les « Estomacs d'Autriche »

Dans son ouvrage publié en 1911 intitulé « 1814 - roman historique genevois » Théodore Aubert nous brosse le portrait savoureux de madame Rosine, l'épouse de Narcisse, le tenancier de l'hôtellerie du Lion d'Or à Nyon dont le désespoir est perceptible après le passage de la soldatesque autrichienne en marche sur Genève  : « Ces affamés, ces assoiffés payaient avec de jurons, accaparaient tout ce qui pouvait être englouti et saccageaient la salle à boire en poussant des hurlements incompréhensibles. Ces soudards m'ont ruinée ! glapissait-elle après le départ des soudards ! » Un autre auteur genevois, Louis Dumur, à la plume facétieuse publia un roman en 1913 sous forme d'un feuilleton au titre évocateur “Un estomac d'Autriche” qui évoque aussi Genève au moment de l'arrivée des régiments “libérateurs” du comte Ferdinand von Bubna et Littitz. Un ouvrage judicieusement réédité chez Infolio en 2014.

Avec l'arrivée des Autrichiens, d'énormes quantités de vivres, de boissons et de fourrages sont réquisitionnés jour après jour pour ravitailler les hommes et les chevaux. Un casse-tête pour la population genevoise. Les gens de Piogre effarés affublèrent les Autrichiens du sobriquet d' “Estomacs d'Autriche” . Et il y avait de quoi lorsque l'on découvre la liste des troupes ayant passé par Genève et qui y ont pris leurs quartiers. Des milliers de bouches à nourrir alors que la situation du ravitaillement laissait à désirer  : Du 30 décembre au 30 janvier 1814, les régiments Reuss Greitz, Bohême, Wenzel Kaunitz, Silésie, Vogelsang, Bohême, Wenzel Colloredo, Moravie, Albert Gyulay, Bohême. Du 1er février 1814 au 27 mars 1814, les régiments Archiduc Charles, Autriche inférieure, Hohenlohe - Bartenstein, Carinthie, Chasteler, Autriche inférieure, Bianchi, Galicie. Du 28 mars au 31 décembre 1814 : les régiments Kaiser Franz, Moravie, Zach, Bohême, Freihlich, Bohême, Prince de Ligne, Wallonie, Simbschen, Autriche inférieure, Josef Colloredo, Bohême. Enfin, du 1er janvier 1815 au 30 juin 1815, les régiments régiments Archiduc Ludwig, Moravie, Lusignan, Moravie.

Excusez du peu ! On comprend mieux pourquoi c'est avec un soulagement non dissimulé que Madame Rosine à Nyon et les Genevois  ont vu partir ces encombrants “Estomacs d'Autriche”  après dix-huit longs mois d'une présence encombrante.

Claude Bonard

Source : David Foldi in : Le Brécaillon, Bulletin de l'Association du Musée Militaire Genevois, No 9, février 1988, pp. 34-40.

Illustration : le bivouac des Autrichiens à la place de la Fusterie par Edouard Elzingre

20171219_203403.jpg

15:57 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |