08/06/2018

Cartographie : Genève et les cartes de Cassini (1756-1815)

Ce 8 juin marque la naissance de Giovanni Domenico Cassini, appelé par la suite Jean-Dominique Cassini, l'un des plus grands astronome de tous les temps en 1625. Louis XIV l'invite à Paris en 1669 et l'associe aux travaux de l'Académie Royale. Cassini y découvre, entre autres, 4 satellites de Saturne et la division des anneaux qui porte son nom. Il sera aussi le fondateur d'une dynastie d'astronomes et de géographes.  C'est à son petit-fils,César-François Cassini   de Thury appelé Cassini III et  arrière petit-fils Jean-Dominique Cassini  de Thury dit Cassini IV que l'on doit les célèbres cartes topographiques appelées depuis lors les "cartes de Cassini", de loin les meilleures de leur temps, utilisées tant par les agents royaux  et les scientifiques de l'époque que par les diplomates et surtout les militaires. Les cartes de Cassini survivront à la disparition de la royauté puisque les généraux français du temps de la Révolution planifiaient leurs campagnes et leurs opérations militaires en s'appuyant sur ces cartes d'une grande précision pour l'époque. Notre compatriote Guillaume-Henri Dufour  qui créa en 1837 le premier Bureau topographique de Suisse  à Carouge et qui réalisera la première carte topographique de Genève au 1:25 000 en 1842 puis des 1845 les premières feuilles de la carte topographique de la Suisse au  la carte de Suisse au 1:100 100 sera surnommé par les cartographes français  "le Cassini Suisse".  Bel hommage à cette incroyable dynastie d'astronomes et géographes français originaire de Perinaldo dans le duché de Savoir (Piémont). Cassini - Genève.jpgPour en savoir davantage, je  vous invite  en cette veille de week-end à consulter l'excellent site internet GE 200.ch  intitulé "Découvrez Genève et de sa région à travers l'histoire de la cartographie".  De belles ballades vous attendent après avoir consulté les magnifiques cartes qui illustrent ce site.

 

Pour découvrir la carte de Cassini relative à Genève, (1756-1815)  voir : http://www.ge200.ch/carto/carte-de-cassini-1756-1815

Claude Bonard

12:39 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

06/06/2018

Destins polonais en Normandie – juin 1944 - Stanislaw Maczek et ses hommes

Maczek.jpg

A l'occasion du 74e anniversaire du débarquement de Normandie  du 6 juin 1944 et pour ne pas oublier ceux qui ont donné leur jeunesse pour que nous puissions vivre en paix, je veux rappeler aujourd'hui l'histoire du général polonais Stanislaw Maczek  qui continua la lutte après  la défaite de la France en juin 1940.  Stanislaw Maczek gagnera la Grande-Bretagne et après quelques années, au prix de gros efforts, une division blindée formée de soldats polonais sera reconstituée outre-Manche, la 1ère Division Blindée Polonaise dont il prendra le commandement. Stanislaw Maczek se retrouvera avec ses hommes au cœur de la bataille pour la libération de l’Europe dès le mois de juin 1944 en Normandie. La « Division Maczek » s’illustrera notamment au cours des opérations d’enveloppement de l’armée allemande dans la poche de Falaise (J + 55 à J + 75), du 31 juillet au 20 août 1944. Cette unité libéra  ensuite la ville de Breda aux Pays-Bas à l'issue d'une longue chevauchée à travers la France, la Belgique et la Hollande. Pourtant, en 1945, la victoire aura  un goût amer pour Maczek et ses hommes, de même que pour tous les Polonais qui combattaient aux côtés des anglo-américains. Au nom de la « Realpolitik » et de la coopération avec l’allié soviétique, les occidentaux avaient pris la décision de se dégager progressivement de leurs engagements envers la Pologne. On se rappelle notamment  leur attitude peu glorieuse au moment des accords de Yalta. C’est ainsi qu’après la guerre, le général Maczek fut contraint de rester  en Grande-Bretagne, plus exactement à Edimbourg en Ecosse. Injure suprême : il sera déchu de sa nationalité par le gouvernement communiste polonais. Faisant face à la situation avec la grandeur d’âme qui le caractérisait, il saura survivre et faire face à l’injustice des hommes et de la politique sans se plaindre en exerçant les métiers les plus humbles. Il sera un exemple pour beaucoup de ses compatriotes vivant la même injustice et  ne se laissa pas vaincre par l’adversité.

Claude Bonard

18:45 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |