29/09/2018

Nouveau milliard d'aide aux pays de l'Est, attention, terrain miné !

S'agissant des pays concernés par le versement d'un second "milliard de cohésion" destiné aux pays de l'Europe de l'Est , je me dis que la Suisse se doit d'être vigilante quant au choix des bénéficiaires. En effet, à quoi assiste-t-on dans plusieurs pays de cette partie de l'Europe ? on y voit depuis quelques années plusieurs  régimes qui ont instauré  des politiques se caractérisant par un néo-autoritarisme  marqué. Des gouvernants qui, ayant été démocratiquement portés au pouvoir - il est objectif de le rappeler -  font malheureusement appel  à un nationalisme sourcilleux en s'appuyant sur un révisionnisme historique et un   euroscepticisme érigés en dogme pour asseoir leur politique. Pour aussi hélas,  égratigner l'Etat de droit et  dire tout le mal qu'ils pensent de la démocratie libérale considérée comme porteuse de tous les maux. Une partie de l'opinion publique sensible à ces sirènes affiche  par exemple ouvertement une intolérance de plus en plus marquée envers Bruxelles, l'UE  étant  accusée d'adopter une posture néocolonialiste qui bafoue les prérogatives d'Etats souverains. Une autre partie de cette même opinion publique, minoritaire et  issue des milieux de l'opposition tente, sans être très audible en ce moment,  de mettre en évidence le fait que ces mêmes pays sont   les principaux bénéficiaire de fonds européens depuis leur  entrée au sein de l'UE.  Pour conclure et revenir au milliard d'aide aux pays de l'Est que Berne serait prêt à verser, je voudrais prendre l'exemple de la Pologne où  les effets du vote du peuple du peuple suisse de 2006  sur le premier milliard ont été massifs. Les montants qui ont servi à financer des projets de développement ont représenté 489 millions de francs suisses.  A l'époque, j'avais voté OUI avec enthousiasme. Aujourd'hui, au vu de ce qui se passe en certains endroits de l'Est du continent européen,  je me dis que la Suisse ferait bien d'y regarder à deux fois avant d'attribuer les mannes de son nouveau milliard de cohésion à certains bénéficiaires potentiels chez qui  les valeurs de tolérance et de respect de l'Etat de droit  prônées par  la Suisse ne sont pas forcément en tête de l'agenda politique. J'en suis d'autant plus affligé que je suis partisan d'une collaboration étroite entre l'UE et notre pays mais honnêtement, ce second milliard, je ne le sens pas et je me dis que c'est une fausse bonne idée.

Claude Bonard

16:17 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Facebook | | | |

24/09/2018

25 septembre 1799 - Russes et Français s'affrontent à Zurich

La Suisse fut le champ de bataille de l'Europe au cours des guerres de la Révolution française et notamment de la deuxième coalition de plusieurs puissances européennes entre 1799 et 1802 pour abattre le régime républicain. On a tendance à oublier aujourd'hui que Français, Russes et Autrichiens se sont affrontés en Suisse, notamment au cours de l'année  1799 au coeur du massif alpin, au Saint-Gothard, en Engadine et aussi à Zurich à deux reprises où André Masséna, futur duc de Rivoli et prince d'Essling fut victorieux les 25-26 septembre  en battant l'armée russe du général Korsakov.  Cette victoire fut déterminante pour les armées de la République et sauva la France de l'invasion. A noter qu'il y eut deux batailles de Zurich au cours de l’année 1799. La première du 2 au 6 juin qui vit la victoire de l'armée de l'archiduc Charles-Louis  d'Autriche qui contraignit Masséna à se replier en abandonnant la ville aux Autrichiens, et la seconde, victorieuse pour les Français les 25 et 26 septembre 1799.  

André Masséna n'a pas laissé que de bons souvenirs là où il passait, suscitant même des réactions du Directoire de la République qui l'accusait de rapines et de prévarication. L'Histoire ne retiendra pourtant de lui que son surnom “d'enfant chéri de la victoire”. Et, maigre consolation pour les populations civiles durement éprouvées, c'est pourtant  grâce à la victoire de  Masséna à Zurich et à celles de Lecourbe dans le massif du Gothard et en Engadine  que furent chassées de Suisse les armées du Tsar de Russie et de l'Empereur d'Autriche. C'est au moins ça ! 

Claude BonardMasséna lettre 1.jpg

20:48 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

22/09/2018

Pologne : harengs entre chiens et chats....

Pensif et soucieux .... le 19 septembre, j'assistais  à Hel, un modeste  et charmant port polonais sur le  bords de la Baltique à une scène pour moi inusitée, voir des tonnes de harengs aspirées par des tubes de plastique depuis la cale des bateaux de pêche afin de les transférer dans les cuves des camions frigorifiques. A la question posée aux pêcheurs et au conducteur du camion : quelle est la destination de ces harengs ? ... La réponse fusa rapidement : "après 30 minutes, ces harengs sont impropres à la consommation humaine. Ils vont servir à la confection d'une "pâte -poisson". Donc, si je raisonne de façon appropriée, ces cargaisons sont destinées à  alimenter la filière de la nourriture pour chiens et chats. 

En  apprenant ça, j'ai un curieux sentiment... Pêche harengs 1.jpg la pêche dans certaines régions d'Europe a-t-elle été dévoyée à ce point que son produit ne nourrit plus seulement les humains ? ... si c'est le cas, c'est grave, même si j'aime bien les animaux ! En d'autres termes faut-il sauver la nature  et les espèces marines ou plutôt  les emplois liés à la pêche  ? je vous laisse le choix de la réponse....il est cornélien ! 

Claude Bonard 

19:03 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |