18/06/2018

"Du pain et des jeux ! - Plutôt que de vertu, on a soif de gloire ! " (Juvénal )

Au risque de paraître rabat joie, je vous le dis, prenez garde bonnes gens ! Puisqu'aujourd'hui, le monde entier se shoote au foot, un opium qui fait oublier aux foules les problèmes du moment sans les faire disparaître, et que la machine de propagande du "Mondial 2018 " tourne à plein, il ne me paraît pas inutile de rappeler que parfois, par le passé, cette machine pourtant bien huilée a eu des ratés... comme ce fut le cas par exemple le 20 avril 1941 à Berne où l'équipe des grands blonds aux yeux bleus du Reich tout puissant et conquérant a été humiliée  par l'équipe de la "petite et méprisable Suisse". Pour s'en convaincre, il suffit de regarder la photo de la tribune officielle au stade du Wankdorf à Berne au moment des hymnes nationaux qui en dit long sur la morgue des prétendus maîtres du monde faisant le salut hitlérien aux côtés du Conseiller fédéral Karl Kobelt et du général Henri Guisan qui semblent bien seuls au milieu de cette forêt de bras levés. La Suisse l'emporta 2 buts à 1, ironie du sort, le jour même de l'anniversaire du Führer ! Aujourd'hui, les "maîtres du monde" estampillés 2018 ne sont plus les mêmes. Ils ont de drôles de coiffures ou le cheveu rare soigneusement peigné et pourtant nous ne devons pas nous laisser charmer par leur petite musique. Du pain et des jeux, ça ne dure qu'un temps. Demandez aux habitants de Sarajevo ce qu'ils en pensent... Eux qui inauguraient un stade tout neuf en 1984 à l'occasion des Jeux Olympiques d'hiver et qui se terraient sous les bombes huit ans plus tard alors que leur cité devenait une ruine au cours d'un siège meurtrier. Sans même parler du stade flambant neuf de Donetsk à l'occasion de l'EUROFOOT 2012 qui n'est plus qu'un enchevêtrement de poutrelles décharnées et calcinées au coeur d'une zone de guerre six ans plus tard. Oui, vous avez bien lu... six ans plus tard seulement.... 

Claude Bonardguisan-wankdorf.png

18:33 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

14/06/2018

C'est la faute à Voltaire, c'est la faute à Rousseau !

Voltaire est à l'honneur cette année, notamment dans notre région. A l'occasion du 240e anniversaire de son décès, Gavroche pourrait chanter à belle voix dans les rues de Genève :

"Il est tombé par terre, c'est la faute à Voltaire, 
"Le nez dans le ruisseau, c'est la faute à Rousseau,

"Si tu n'es pas notaire, c'est la faute à Voltaire,

"Tu es petit oiseau, c'est la faute à Rousseau ".

Savez-vous que cette chansonnette révolutionnaire a été écrite par un genevois Jean-François Chaponnière qui faisait partie du Caveau genevois, cercle de poètes et de chansonniers qui cherchent à égayer la Genève puritaine ? En 1826, avec James Fazy, Salomon Cougnard, John Petit-Senn et Antoine Gaudy, il fit partie des fondateur du Journal de Genève. « Je suis tombé par terre, c'est la faute à Voltaire, le nez dans le ruisseau, c'est la faute à Rousseau. »

 

Claude BonardGavroche.jpg

10:04 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

12/06/2018

Le 14 juin 1812 naissance d'Antoni Norbert Patek - Un jour de chance pour Genève !

Antoni Norbert Patek de Prawdzic est né le 14 juin 1812 à Piaski Szlacheckie dans la voïvodie de Lublin en Pologne. Au moment de l'insurrection polonaise de novembre 1830 contre le régime du tsar, Antoni Norbert sert dans la cavalerie en qualité de lieutenant au sein du 1 Pulk Strzelcow Konnych ( 1er régiment de chasseurs à cheval). Une affectation qui n'est pas étonnante puisqu'un autre membre de sa famille, le major Franciszek Patek prendra le commandement du régiment en 1831. Le jeune Antoni Norbert récolta deux blessures au cours des combats, ce qui lui valut d'être décoré de l'ordre militaire "Virtuti Militari", l'équivalent de la Légion d'honneur en France. L'insurrection polonaise sera écrasée et une répression terrible s'abattra sur la Pologne. Les armées du tsar pourchassent impitoyablement les insurgés. Antoni Patek, comme tant d'autres, réussira néanmoins à rejoindre la Prusse, puis la France avant de se fixer à Genève où il va se marier avant de réorienter sa carrière professionnelle. Il commence à acheter des mouvements de montre et les fait garnir de boîtiers.  Il s'associe à un compatriote, François Czapek puis fait équipe avec l'horloger français Jean Adrien Philippe. C'est le début d'une incroyable aventure  pour le plus grand bonheur  de la haute horlogerie genevoise  dont  la manufacture Patek Philippe est l'un des plus prestigieux fleurons. Bon anniversaire Antoni Norbert ! 

Claude Bonard

Illustration : charge de lanciers polonais, insurrection de 1830. Photo Wikimedia Commons (d.r.)

Patek Lancers.JPG

11:08 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |