30/12/2018

Une belle Genferei : la proclamation de la Restauration genevoise a eu lieu le 1er janvier 1814 !

Chacun croit savoir que la Restauration de la République a été annoncée à la population genevoise Restauration Proclamation.jpg le 31 décembre 1813. Faux ! Toutes celles et ceux qui assistent chaque 30 décembre au soir  à la cérémonie organisée par la Société Militaire de Genève connaissent le texte de la proclamation datée du 31 décembre 1813 rédigée par les  “Magnifiques et Très-Honorés Seigneurs Syndics et Conseil de la Ville et République de Genève". Pourtant, ironie de l'histoire, cette proclamation ne sera  lue en divers points de la ville qu'un jour plus tard,  le 1er janvier 1814 ! En effet, le général autrichien von Bubna exigea d'avoir un droit de regard sur le texte  de ce manifeste hautement politique dont la lecture était destinée à informer la population de la restauration de la République. Un témoin du temps, Amédée Jules Pictet de Sergy , avocat  et  membre du Conseil Représentatif, a décrit ces péripéties dans un livre  publié en 1869: "... la journée tout entière s'est écoulée à discuter, corriger, imprimer, réimprimer, et rien ne s'était trouvé prêt avant la nuit. On dut renvoyer la publication au lendemain, mais on oublia d'en changer la date primitive."

Ainsi s'écrivit  la première Genferei de l'histoire de Genève restaurée !

Claude Bonard

12:45 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

28/12/2018

Genève et les estomacs d'Autriche

Dinde.jpg

Dans son ouvrage publié en 1911 intitulé « 1814 - roman historique genevois » dont je vous ai parlé hier, Théodore Aubert nous brosse le portrait savoureux de madame Rosine, l'épouse de Narcisse, le tenancier de l'hôtellerie du Lion d'Or à Nyon dont le désespoir est perceptible après le passage de la soldatesque autrichienne en marche sur Genève : « Ces affamés, ces assoiffés payaient avec de jurons, accaparaient tout ce qui pouvait être englouti et saccageaient la salle à boire en poussant des hurlements incompréhensibles. Ces soudards m'ont ruinée ! glapissait-elle après le départ des soudards ! » Un autre auteur genevois, Louis Dumur, à la plume facétieuse publia un roman en 1913 sous forme d'un feuilleton au titre évocateur “Un estomac d'Autriche” qui évoque aussi Genève au moment de l'arrivée des régiments “libérateurs” du comte Ferdinand von Bubna et Littitz. Un ouvrage judicieusement réédité chez Infolio en 2014.

Avec l'arrivée des Autrichiens, d'énormes quantités de vivres, de boissons et de fourrages sont réquisitionnés jour après jour pour ravitailler les hommes et les chevaux. Un casse-tête pour la population genevoise. Les gens de Piogre effarés affublèrent les Autrichiens du sobriquet d' “Estomacs d'Autriche” .

C'est avec un soulagement non dissimulé que Madame Rosine à Nyon et les Genevois ont vu partir ces encombrants “Estomacs d'Autriche” après dix-huit longs mois d'une présence pesante.

Claude Bonard

18:57 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

23/12/2018

Les Talibans et les Boys - Jean qui rit et Jean qui pleure

Le président des Etats-Unis d'Amérique a décidé de retirer un nombre "important" de militaires américains présents en Afghanistan. Je plains les derniers Boys qui vont rester  dans cette région esseulés et qui vont essuyer les plâtres face aux Talibans requinqués. A l'instar d'autres stratèges occidentaux, les Américains auraient mieux fait de relire l'histoire de cette région montagneuse et d'y regarder à deux fois avant de débuter leurs opérations militaires afghanes en 2001. Petit retour en arrière : en 1839 se déroula la première guerre anglo-afghane. Les Afghans prirent les armes en 1841 et harcelèrent les troupes de la reine Victoria qui se replièrent sur Jalalabad. Cette retraite fut terrible. Un médecin militaire, le docteur Brydon fut le seul survivant de la colonne anglaise  qui avait quitté Kaboul le 6 janvier 1842. Toujours déterminés à contrer l'influence russe dans la région, les Britanniques lancèrent une nouvelle campagne en 1879 avec une armée reconstituée. Là encore, la résistance des montagnards afghans va infliger des pertes sévères aux tuniques rouges. Plus près de nous, on se souvient du  “Vietnam Soviétique”. De 1979 à 1989, après l'échec des gouvernements socialistes afghans et une guerre civile, les troupes soviétiques tentèrent de prendre le contrôle de la région. Ce sera pour elles un sanglant bourbier. Les Russes subiront Brydon.jpegle même sort que les Britanniques. Les guerres civiles s'enchaînent les unes après les autres pour aboutir finalement à l'intervention que l'on sait en 2001 des Américains puis de la coalition occidentale avec des résultats plus que mitigés. Non, définitivement, l'Afghanistan est une région dont les habitants ne se laissent dompter par personne. Avec le recul, j'ai peine à croire que les leçons des expériences des guerres passées en Afghanistan aient pu être oubliées à ce point en voyant ce qui se passe aujourd'hui dans cette région du monde. 

Claude Bonard

14:09 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | | |