24/09/2018

25 septembre 1799 - Russes et Français s'affrontent à Zurich

La Suisse fut le champ de bataille de l'Europe au cours des guerres de la Révolution française et notamment de la deuxième coalition de plusieurs puissances européennes entre 1799 et 1802 pour abattre le régime républicain. On a tendance à oublier aujourd'hui que Français, Russes et Autrichiens se sont affrontés en Suisse, notamment au cours de l'année  1799 au coeur du massif alpin, au Saint-Gothard, en Engadine et aussi à Zurich à deux reprises où André Masséna, futur duc de Rivoli et prince d'Essling fut victorieux les 25-26 septembre  en battant l'armée russe du général Korsakov.  Cette victoire fut déterminante pour les armées de la République et sauva la France de l'invasion. A noter qu'il y eut deux batailles de Zurich au cours de l’année 1799. La première du 2 au 6 juin qui vit la victoire de l'armée de l'archiduc Charles-Louis  d'Autriche qui contraignit Masséna à se replier en abandonnant la ville aux Autrichiens, et la seconde, victorieuse pour les Français les 25 et 26 septembre 1799.  

André Masséna n'a pas laissé que de bons souvenirs là où il passait, suscitant même des réactions du Directoire de la République qui l'accusait de rapines et de prévarication. L'Histoire ne retiendra pourtant de lui que son surnom “d'enfant chéri de la victoire”. Et, maigre consolation pour les populations civiles durement éprouvées, c'est pourtant  grâce à la victoire de  Masséna à Zurich et à celles de Lecourbe dans le massif du Gothard et en Engadine  que furent chassées de Suisse les armées du Tsar de Russie et de l'Empereur d'Autriche. C'est au moins ça ! 

Claude BonardMasséna lettre 1.jpg

20:48 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

22/09/2018

Pologne : harengs entre chiens et chats....

Pensif et soucieux .... le 19 septembre, j'assistais  à Hel, un modeste  et charmant port polonais sur le  bords de la Baltique à une scène pour moi inusitée, voir des tonnes de harengs aspirées par des tubes de plastique depuis la cale des bateaux de pêche afin de les transférer dans les cuves des camions frigorifiques. A la question posée aux pêcheurs et au conducteur du camion : quelle est la destination de ces harengs ? ... La réponse fusa rapidement : "après 30 minutes, ces harengs sont impropres à la consommation humaine. Ils vont servir à la confection d'une "pâte -poisson". Donc, si je raisonne de façon appropriée, ces cargaisons sont destinées à  alimenter la filière de la nourriture pour chiens et chats. 

En  apprenant ça, j'ai un curieux sentiment... Pêche harengs 1.jpg la pêche dans certaines régions d'Europe a-t-elle été dévoyée à ce point que son produit ne nourrit plus seulement les humains ? ... si c'est le cas, c'est grave, même si j'aime bien les animaux ! En d'autres termes faut-il sauver la nature  et les espèces marines ou plutôt  les emplois liés à la pêche  ? je vous laisse le choix de la réponse....il est cornélien ! 

Claude Bonard 

19:03 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Un massacre de chrétiens d'Egypte en Valais il y a plus de mille sept cents ans

Si vous passez par le Bourg-de-Four, prenez le temps de saluer Gondebaud, le roi des Burgondes dont la statue polychrome orne l'une des façades de la place.  Il peut être fier de son fils aîné Sigismond qui fonda en 515 l'Abbaye de Saint-Maurice d'Agaune à l'endroit où l'évêque Théodule aurait fait transporter les restes des soldats romains chrétiens coptes de la légion thébaine exécutés vers l'an 300. Déjà un massacre de coptes d'Egypte me direz-vous, mais en l'occurence non pas sur les bords du Nil  mais bien au bord de ceux du Rhône en Valais. Ce tragique événement se serait déroulé  "chez nous"  il y a  plus de mille sept cents ans ans. La date du 22 septembre, fête de Saint Maurice  rappelle en effet  le sort tragique de cette légion et de son commandant, un certain Maurice dont le nom viendrait du mot grec "Moros"  ou latin "Mauri" » qui signifie "noir ". A cette époque, le commandement d'une légion était exercé par un préfet équestre ou un  tribunus prolegato.  Maurice devait plutôt être un primicerius, officier de haut rang commandant une légion sans appartenir à la catégorie sociale la plus élevée dans  l'armée romaine Les soldats  exécutés auraient été au nombre de 6.500 selon certaines sources anciennes. Cette légion était composée d’hommes recrutés en Thébaïde, une région ayant pour capitale Thèbes ( Louxor). Le massacre aurait été commis sous le règne de  l’empereur Dioclétien sur ordre du co-empereur Maximien Hercule. Curieuse structure politique d'ailleurs que cette co-direction de l'empire organisée par  Dioclétien  qui l'avait imaginée  afin de se protéger d'éventuels usurpateurs.  La légion  thébaine aurait été envoyée  dans nos contrées pour soumettre les chrétiens d'Octodure (Martigny) et selon la légende,  les légionnaires auraient refusé de marcher contres leurs frères chrétiens. Avec le recul, on peut  aussi se demander  si ils n'auraient pas été condamnés  plus pour un refus d’obéissance que pour leur croyance. Mais ça c'est une question que je renvoie aux historiens. N'allons pas gâcher le mythe de la légion thébaine et  par ricochet écorner l'image du roi Sigismond révéré à Saint-Maurice depuis l'an 515. Son père Gondebaud, pourrait nous en vouloir et descendre de sa statue du Bourg-de-Four Gondebaud.JPGcar comme l'histoire l'a démontré, il avait la colère facile et l'épée tranchante.  Sur ce, bonne fête à tous les Maurice !

Claude Bonard 

Source : site http://www.roma-quadrata.com/thebaine.html 
Pour en savoir plus, lire : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F10228.php

14:28 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |