17/09/2018

Market Garden 17 septembre 1944 - Sosabowski, le héros humilié -

17 septembre 1944 :  jour 1 de l'opération "Market Garden" aux Pays-Bas. Cette opération  militaire consistait pour les Alliés  à s'emparer du pont sur le Rhin situé à Arnhem aux Pays-Bas. Une mission impossible pour les 600 parachutistes  britanniques légèrement armés qui parvinrent à établir une tête de pont à proximité  de l'ouvrage mais que furent obligés de céder aux assauts répétés des Nazis alors qu'Américains et Polonais tentaient de leur porter secours. 

Dans le film "Un pont trop loin"  qui relate cet épisode  de la Seconde Guerre mondiale, le rôle du général Stanisław Franciszek Sosabowski  est joué par Gene Hackman qui campe magnifiquement le personnage. Au cours de l'opération "Market Garden", Sosabowski  commandait  la 1re Brigade indépendante de parachutistes polonais faisant partie de l'armée britannique.  En septembre 1946, il fut privé de sa nationalité par le nouveau stanislaw-sosabowski.jpggouvernement communiste polonais. Il vécut jusqu'à sa mort près de Londres et trouva un travail en tant qu'ouvrier à l'usine CAV industries  Ltd à Acton.  Il  arriva à survivre dans la précarité oublié de tous, et  décéda à Londres le 25 septembre 1967. Réhabilité après la renaissance d'une Pologne démocratique en 1989, sa dépouille fut rapatriée à Varsovie. Sa sépulture  est visible au cimetière militaire de Powązki.  Un  buste rappelle sa mémoire à  proximité de la citadelle de Varsovie.  

Claude Bonard

 

11:58 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

13/09/2018

Notre Président de la Confédération à Paris - il y a culotte et culotte....

Visite de travail du président de la Confédération Alain Berset à Paris : suite à l'article d'Alain Rebetez dans la TdG, je vous propose ce complément d'information à propos des tenues de la Garde républicaine et de leur symbolique protocolaire. Le détachement d'honneur du 1er régiment d'infanterie de la Garde républicaine qui rend les honneurs dans la cour de l'Elysée est vêtu de la tenue de tradition de la Gendarmerie qui n’a que peu évolué en 130 ans. Puisqu'Alain Rebetez a évoqué la couleur du pantalon dans son article, il est toujours identique à celui porté par les autres gendarmes, soit bleu avec une bande noire sur le côté des jambes. En revanche, les cavaliers et motards de la Garde sont équipés d’une culotte (tradition équestre ) pour les services d’honneur. Elle est d’un bleu identique à celui du pantalon des fantassins mais une autre culotte, blanche sans bande noire est portée lors des services d'honneur exécutés au profit et en présence du chef de l'Etat . D'où la justesse de l'observation d'Alain Rebetez. Il y a une marge d'appréciation au niveau du protocole. Usuellement, la culotte bleue est portée lors de l'accueil de ministres étrangers et la culotte blanche est portée lorsque le Président de la République reçoit ses homologues étrangers en visite officielle ou d'Etat. Là, il s'agissait d'une visite dite de travail. Lors d'une  rencontre entre le président Macron et Mme Doris Leuthard la couleur de la culotte des gardes  républicains du régiment de cavalerie postés sur les marches de l'Elysée était aussi bleue. Comme quogarde-republicaine-elysee.1255613016.jpgi, dans le protocole,  contrairement à l'adage, la culotte fait le moine  ! ... mais je ne peux pas m'empêcher de penser que les cavaliers auraient porté leur culotte blanche si la haute personnalité  accueillie pour  une visite de travail à l'Elysée  était  chef d'Etat de l'un des pays membres du G7, de l'UE ou d'un continent voisin.

Claude Bonard

11:58 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

12/09/2018

Marignan 1515 - tordons le cou au mythe une fois pour toutes

13-14 septembre 1515, Il y a 503 ans a eu lieu la bataille de Marignan. Une bataille, que dis-je, un mythe  forgé  dans nos cantons depuis le XVIIe siècle selon l'historien Justin Favrod, et dont l'utilisation à hue et à dia en Suisse et en France a été mise ces dernières années au service des doctrines et/ou postures politiques les plus diverses avec une récupération éhontée. En 2015, au moment du 500e anniversaire de la bataille, l'historien Thomas Maissen faisait justement remarquer que  contrairement à ce mythe  fortement ancré dans la mémoire collective des Suisses, ce n'est pas à partir de leur  défaite de Marignan  que les cantons  ont adopté une politique de neutralité active sur le plan de leurs relations avec leurs voisins. Les leçons à tirer de la défaite de Marignan sont autres. Elles montrent que les Confédérés n'avaient pas - ou plus - les moyens financiers, militaires et logistiques de leurs ambitions  expansionnistes  en Italie. Pour le surplus, les progrès de l'art militaire combinant le feu, la mobilité  et le choc par l'intervention conjointe de l'infanterie, de la cavalerie et de l'artillerie signaient le glas du succès des rustiques carrés suisses. S'agissant de la neutralité,  Thomas Maissen a rappelé en 2015 que c'est en 1674 seulement  que la Diète fédérale la proclama comme politique d'Etat. En conclusion et pour remettre les pendules à l'heure, je vous propose de découvrir cet extrait du Dictionnaire Historique de la Suisse D.H.S. : "Jusqu'au milieu du XXe s., l'historiographie suisse glorifia l'héroïsme des Confédérés à Marignan et passa sous silence les problèmes de commandement et de discipline. Elle véhicula le mythe de la "leçon" de 1515, qui poussa les cantons dans la voie de la neutralité, alors que cette politique s'explique surtout par les divisions intérieures dues à la Réforme, par une série de défaites jusqu'en 1525 (Marignan, La Bicoque, Sesia, Pavie) et par l'importance des pertes dues au service mercenaire".

Tout est dit.

Claude Bonard 

Pour en savoir plus, lire  : La neutralité suisse n'est pas née à Marignan, par Thomas Maissen :https://www.tdg.ch/savoirs/neutralite-suisse-nee-marignan/story/19355982

Source : DHS.Entrée "Marignan"


Illustration 1 : Bataille de Marignan, François Ier à la tête de la cavalerie française affronte les Suisses. Bas-relief du tombeau de François Ier, Abbaye de St-Denis. Cliché Université François Rabelais.
Marignan le-bas-relief-du-tombeau-de-francois-i-er-retrace-la-victoire-de-marignan-la-premiere-de-son-regne-photo-cesr-1462194157.jpg

21:05 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |