01/07/2018

Genève et l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert

Le 1er juillet 1751 paraît le premier volume de l'Encyclopédie. Une aventure littéraire et scientifique qui va toucher Genève de près. En effet, si vous passez à la rue Etienne-Dumont 16, anciennement rue des Belles-Filles, dans notre belle vieille ville , levez le nez et vous y découvrirez une plaque épigraphique qui rappelle que c'est  dans cette maison que vivait Jean-Léonard Pellet ( 1740-1825), l'imprimeur de Voltaire qui publia en 1777 la troisième édition de l'Encyclopédie.

Jean-Léonard Pellet était imprimeur-libraire. Il occupa aussi la charge d'imprimeur de la République et de l'Académie de 1778 à 1794. Au moment de la Révolution genevoise,  le 18 janvier 1794, il fut destitué de sa charge par les Comités provisoires d'administration et de sûreté. 

Claude BonardVoltaire Encyclopédie.jpg

Pour en savoir davantage : https://www.persee.fr/doc/caief_0571-5865_1951_num_1_1_2000

Source : http://data.bnf.fr/14960425/jean_leonard_pellet/

13:23 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

30/06/2018

Gripen... le retour !

Cigale.jpg

Je lis dans ma Julie du 30 juin 2018 que "malgré un crash retentissant en votation, le Gripen repart en vol" , Saab faisant partie des cinq avionneurs retenus en vue de l’acquisition d’un nouvel avion de combat.  En ce qui me concerne, cette nouvelle me réjouit. Le 18 mai 2014,  la décision issue des urnes m'avait inspiré cette fable dont la leçon me paraît plus actuelle que jamais :

"Les adversaires du Gripen , ayant chanté
Tout l'été et ayant gagné 
Se trouvèrent fort dépourvus
Quand la bise et les crises furent venues 
Pas un seul coucou dirent-ils surpris
Vers nos voisins ils se tournèrent 
Les priant de leur prêter
Quelque avion pour nous aider
Jusqu'à crise nouvelle 
Je ne vous aiderai pas, répondirent nos amis
Lesquels ne sont hélas pas toujours prêteurs 
C'est là leur moindre défaut.
Que faisiez-vous avant les crises ?
Dirent-ils à ces emprunteurs.
Nuit et jour à tout venant répondirent les vainqueurs
Nous refusions ces avions, ne vous en déplaise
Vous refusiez? 
Nous en sommes fort aise.
Eh bien !dansez maintenant. "

Tout rapport avec la fable de La Fontaine "La Cigale et la Fourmi" est purement fortuit.

13:20 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | |

29/06/2018

L'engrenage des alliances, vous connaissez ? retour sur le 28 juin 1914 à Sarajevo

En 1914, l'engrenage funeste a eu pour point de départ l’attentat de Sarajevo. Le 28 juin 1914, l'héritier de l'empire austro-hongrois et son épouse y étaient assassinés par un terroriste serbe de 19 ans, Gavrilo Princip. Quelques jours plus tard, à Vienne, les obsèques du couple assassiné annonçaient la fin d'un monde, les horreurs de la guerre  à venir et la chute des Habsbourg et de la Double Monarchie. Un empire si fragilisé qu'il va se désagréger. Aujourd'hui d'ailleurs, je me demande si l'Union Européenne ne ressemble pas un peu à l'empire des Habsbourg en 1914. Mais revenons à l'assassinat de Sarajevo. Dès cet instant, la mèche de la bombe qui allait mettre l'Europe à feu et à sang était allumée et le conflit programmé. Imputé à la Serbie par le gouvernement autrichien, l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand incita le gouvernement austro-hongrois à demander à enquêter sur le territoire serbe... Essuyant un refus, l’Autriche-Hongrie déclara la guerre à la Serbie, le 28 juillet 1914. La Russie, au nom de la solidarité slave mobilisa contre l’Autriche-Hongrie dès le 29 juillet ; ce fut alors au tour de l’Allemagne de se porter au secours de son allié germanique en déclarant la guerre à la Russie ; le 1er août, la France allié de l’Empire russe mobilisa ; l’Allemagne déclara la guerre à la France le 3 août et entra en Belgique après lui avoir lancé un ultimatum la veille. Le 4 ce fut alors l'Angleterre qui, pour cette raison, déclara la guerre à l'Allemagne et le 6 août, L'Autriche-Hongrie déclara la guerre à la Russie et la Serbie déclara la guerre à l'Allemagne. Enfin, les 11 et 13 août, la France et le Royaume-Uni déclarèrent la guerre à l'Autriche-Hongrie.... Dès cet instant, l'engrenage de la mort devint incontrôlable et la suite on la connaît, avec à la clé 18,6 millions de morts dont 9,7 millions de morts pour les combattants et 8,9 millions pour les civils. Messieurs les Grands d'aujourd'hui, ne serait-il pas temps de faire une pause et de redevenir raisonnable ? le moment me paraît utile de remiser les armes au vestiaire. Ouvrons les yeux ! Il n'y a qu'à relire Victor Hugo ! A son époque, il avait déjà tout compris ! "Engrenage.jpegBêtise de la guerre, Ouvrière sans yeux, Pénélope imbécile, Berceuse du chaos où le néant oscille, A quoi sers-tu, géante, à quoi sers-tu, fumée, Si tes écroulements reconstruisent le mal, Si pour le bestial tu chasses l’animal".....

Rien à ajouter !

Claude Bonard

12:08 Écrit par Claude Bonard | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |